Séquence 13

XIII/1 : Disneyland Resort Paris – Samedi – 9h :

Léa est sur le parking dans sa voiture au téléphone.

Léa : T’inquiète pas, Andy ! Je serais à 15h à la mairie dans ma robe !

Andréanne : T’es incroyable ! C’est le jour de mon mariage et tu vas tester une attraction à Disneyland !

Léa : Ca fait deux événements majeurs en une journée : Tu te maries et je teste pour la première fois, La Tour de la Terreur ! Je peux pas rêver mieux.

Andréanne : Et le coiffeur, tu vas faire comment ?

Léa : J’ai rendez-vous au salon de coiffure de l’Hôtel New York pour un brush à 13h.

Andréanne : Je me répète : tu es incroyable ! Si tu es en retard, je te tue !

Léa, amusée : Si ça se trouve, cette nouvelle attraction va s’en charger pour toi !

Andréanne, dépitée : Tu es insouciante… C’est un grand jour…

Léa, exaspérée : Ecoute Andy… Si tu veux que je sois présente aujourd’hui, il faut que je prenne une dose de magie et de sensations fortes avant, parce que sinon je n’aurais pas la force d’affronter les reproches de Julie et le regard de chien battu de Billy.

Andréanne : Pfff… Qu’est-ce que je dois répondre à ça ?

Léa : Que tu me comprends ?

Andréanne : Bien sur que je te comprends ! Cependant, tu ne viens pas pour eux, mais pour moi.

Léa : Je sais, mais ce sera dur quand même. En plus, je veux éviter tout scandale, donc j’ai besoin de décompresser.

Andréanne : Ok, ok ! Allez file et si tu n’es pas à l’heure, je te tue !

Léa : Compris ! Allez va te faire pomponner et dorloter !

Andréanne : J’y compte bien ! A toute !

Léa : A toute !

Léa raccroche, sort de sa voiture, et se dirige vers l’entrée des Walt Disney Studios. Il y a déjà foule devant les portes encore fermées du parc.

Léa : Elle va me tuer, je serais jamais à l’heure…

Elle se faufile au travers de la foule, sous des regards noirs, et cherche quelqu’un. Elle trouve la personne et se dirige vers elle. C’est un cast member travaillant pour le ticketing.

Léa : Luc !

Luc : Léa ! Tu vas voir, c’est terrible !

Léa : J’espère bien ! Tu crois que j’aurais testé la tour avant 12h30 ?

Luc : S’ils ouvrent bien à 10h, je pense. En plus, tu vas rester là pour me tenir compagnie et tu seras donc une des premières à entrer à 9h30 quand on va ouvrir, donc c’est faisable. Va falloir que tu coures, par contre.

Léa : C’était déjà prévu au programme.

Luc : Pourquoi avant 12h30 ?

Léa : Je suis de mariage et j’ai pris un rdv chez le coiffeur à 13h.

Luc : Espèce de passeport annuel !

Léa, amusée : Ca veut dire quoi ça ?

Luc : Tester une attraction avant un mariage, c’est plus du fanatisme !

Léa : Certes, je crève d’impatience, mais j’ai besoin d’un peu de magie et de sensations, ça risque de pas être drôle ce mariage.

Luc : Pourquoi ?

Léa : En version simplifiée, j’ai flirté avec le premier témoin et sa copine, au courant, sera présente.

Luc : Oula !

Léa : D’ailleurs, c’est ma copine cast qui se marie. Ils sont cast, tous les deux.

Luc : Ils sont sur quoi ?

Léa : Elle sur BTM et lui sur Phantom.

Luc : Je connais pas trop les cast de Frontier. Donc il va y avoir plein de cast, à ce mariage !

Léa : Elle m’a promis qu’ils seraient mignons et célibataires.

Luc : Et hétéros ?

Léa, amusée : Il y a plutôt intérêt ! J’ai oublié de demander !

Luc : Tu vas voir à la TOT. Il y a Julien et Sébastien. Tu me diras ce que t’en penses.

Léa : Hétéros ?

Luc : Oui, ils sont frères aussi !

Léa : Intéressant…

Luc : Ah !

Léa : Qu’est-ce qu’il y a ?

Luc : On va bientôt ouvrir !

Léa : Yes !

Luc : Allez, c’est parti !

Léa : Bon courage !

Luc : Ouais, amuse-toi bien !

Léa : Merci.

Il s’approche du tourniquet pour le paramétrer. Elle lui tend son passeport annuel, il le passe dans la machine et le lui rend. Elle passe le tourniquet.

XIII/2 : Disneyland Resort Paris – Samedi – 10h :

Léa est en dans une file d’attente improvisée devant l’attraction La Tour de La Terreur. Un cast member habillé en groom ouvre le portail de l’hôtel.

Cast member : Bonjour à tous ! Nous sommes ravis de vous accueillir au Hollywood Tower Hotel. Nous rappellons que c’est une avant-première pour les passeports annuels dream et je vous demanderais donc de présenter vos passeports annuels en passant vers moi. Nous vous souhaitons un agréable séjour au Hollywood Tower Hotel, enfin si vous en ressortez un jour. Ah !

Eclats de rire de la foule. La file avance.

XIII/3 : Disneyland Resort Paris – Samedi – 10h05 :

Léa est dans la bibliothèque de l’hôtel. Le cast member, caché sur le côté, lui fait peur. Elle crie, rit et lit le nametag.

Léa, amusée : Sébastien…

Sébastien : Peut-être ou peut-être pas…

Il commence à jouer la comédie.

A regarder à partir de lmin50

Elle sort de la bibliothèque et traverse la chaufferie. Un autre cast member oriente les visiteurs vers les différents ascenseurs. Celui devant l’ascenseur les places sur des numéros devant l’ascenseur. Il fait signe au premier qui lui indique qu’il lui manque un client.

Cast Member orientant : Une personne, one personne please.

Léa passe devant les autres.

Léa : Moi !

Cast Member : Une sans ami ! Allez-y.

Léa rit de la remarque et se dirige vers l’ascenseur. Le deuxième cast member la place et disparaît. Les consignes de sécurité sont diffusées. Les portes de l’ascenseur s’ouvre et il réapparaît. Il place les visiteurs dans l’ascenseur de services. Il attend que tout le monde ait attaché sa ceinture.

Cast Member : Merci de vérifier vos ceintures en tirant dessus ! Please chek your seatbelt.

Tout le monde tire sur sa ceinture.

Cast Member : Merci. Vos chambres sont désormais prête et vous allez y être conduits ou pas… La direction de l’hôtel vous spécifie de garder mains, pieds, jambes, petit déjeuner à l’intérieur de l’ascenseur et de veiller sur vos enfants, famille, amis (Regardant Léa) Désolé !

Léa, amusée et n’en menant pas large : C’est pas grave !

Cast Member : ou tout autres éléments que vous souhaiteriez conserver dans cette dimension. Nous vous souhaitons un agréable séjour aux Hollywood Tower Hotel.

Il se dirige sur le côté de l’ascenseur et se positionne derrière les portes. Elles commencent à se fermer.

Cast Member : Si vous avez des questions, c’est trop tard !

Les portes se ferment totalement. « Vous êtes les passagers….


tour de la terreur
envoyé par catalan92. – Regardez plus de vidéo vie pratique.

…. Ou vous pourriez devenir des résidents permanents de la quatrième dimension. » L’ascenseur revient à sa position de départ. Les portes s’ouvrent sur le cast member. Il compte le nombre de personne dans l’ascenseur, déclenchant le rire des visiteurs.

Cast member : Nous vous remercions de votre visite. Veuillez à ne rien oublier dans l’ascenseur et à très bientôt au Hollywood Tower Hotel.

Léa, ravie, est une des dernières à sortir. Le cast member la fixe bizarrement. Elle lit son nametag en retenant un rire.

Léa, amusée : Le fameux Julien dont me parlait Luc ! Vous savez que c’est mal d’afficher une jeune fille seule, comme ça ?

Julien : Oui, mais c’est tellement drôle !

Léa : J’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part, sur une attraction peut-être ?

Julien : Non, je ne pense pas. Internet peut-être ?

Léa : Disney Central Plaza !! Vous êtes modo !

Julien : Une jeune fille de bon goût !

Léa : J’ai peur de ne pas suivre…

Julien : Une Décépiste !

Léa, amusée : Ou une guest-fan-boulet-passeport annuel au choix !

Il rit.

Léa : Merci pour le voyage dans la quatrième dimension, en tout cas !

Julien : De rien, ce fut un plaisir !

Elle lui sourit et part.

XIII/4 : Paris – Mairie du 10ème arrondissement – Samedi – 15h05 :

Léa court dans les escaliers de la mairie. Elle porte une robe rose bonbon assez simple.

XIII/5 : Paris – Mairie du 10ème arrondissement – Samedi – 15h05 :

Andréanne, en robe de mariée, Mégane, dans la même robe rose bonbon, et Billy, en costume, font les cent pas devant une porte.

Andréanne : Qu’est-ce qu’elle fout ?!?! Je vais la tuer ! (A Billy) C’est de ta faute, tout ça !

Billy : Hein ?

Andréanne : Oui, si tu avais quitté Julie ou si tu ne t’étais pas amusé à flirter avec elle, elle n’aurait pas eu besoin d’aller à Disneyland avant mon mariage pour éviter de péter un câble !

Billy : Elle est à Disneyland, là ?

Andréanne : Logiquement, non. Elle avait rendez-vous chez le coiffeur à 13h et donc aurait du être là à l’heure.

Mégane : Elle est peut-être juste coincée dans les embouteillages. Laisse-lui encore cinq minutes.

Billy : Et je n’y suis pour rien !

Andréanne : Si tu l’es ! Et je ne veux aucun scandale, ce soir, donc tu tiens Julie en laisse et ce que tu as dans ton pantalon aussi !

Billy : Faut vraiment que tu te calmes, je t’ai jamais vu comme ça !

Andréanne : Je me marie et une de mes meilleures amies risquent de ne pas venir : tu réagirais comment à ma place ?!

Mégane, envoyant un regard noir à Billy : Je comprends tout à fait, mais essaye de te calmer !

Léa arrive enfin.

Andréanne : C’est pas trop tôt !

Léa, essoufflée : Embouteillage… Pas de place !

Mégane : Allez, essaye de reprendre ton souffle.

Andréanne : Donne lui son bouquet que je puisse me marier !

Léa : Je suis désolée !

Andréanne, se calmant : Tu es là, c’est l’essentiel. Allez en place !

Mégane ouvre la marche, suivie de Léa, puis de Billy et enfin de la mariée. Mégane ouvre la porte.

Billy (A Léa, à voix basse) : Tu es magnifique….

Elle ne répond pas et ils avancent tous.

XIII/6 : Paris – Salle de réception d’un grand hôtel – Samedi – 20h00 :

Léa se sert au buffet et attrape une cuillère en même temps que quelqu’un d’autre.

… : Après-vous…

Léa : Mer… (Levant la tête)… Ci. Encore vous !

… : Vous êtes pleine de surprise : Disneyland et un mariage dans la même journée.

Léa : Je pourrais en dire autant sur vous !

… : J’y travaille pour ma part, quelle est votre excuse ?

Léa : Je vous l’ai dit, ce matin. Vous avez la mémoire courte, Julien !

Julien : Vous n’avez pourtant pas du tout l’air d’un boulet.

Léa (murmurant) : Il ne faut pas trop présumer des choses avec moi. (Finissant de se servir) Bon appétit !

Julien, alors qu’elle est déjà partie : Merci…

Léa va s’asseoir à la table des mariés, entre Mégane et Andréanne.

Mégane : Qui est ce mec charmant à qui tu parlais ?

Léa : Juste un cast member qui se croit irrésistible.

Andréanne : Non, c’est un bon choix et c’est une allure qu’il se donne comme ça, pas comme Billy.

Léa : Tu l’as mis où, d’ailleurs ?

Andréanne : A la table des anciens du lycée pour qu’il surveille Julie et pour éviter que tout ça ne tourne au drame.

Léa : Très bonne idée. Pour Julien (Leurs regards se croisent), t’inquiète, je le sais bien. Je suis une lectrice assidue de son blog… Mais j’applique une nouvelle philosophie « Je te fuis, tu me suis » !

Andréanne : Bien vu ! J’en déduis que c’était ton groom, ce matin ?

Léa, retenant le sourire qui lui monte aux lèvres : Oui… Il m’a affiché parce que j’étais toute seule.

Mégane : Toi, tu es mal barrée !

Léa : Non !

Mégane : Si !

Léa lui tire la langue et mange une bouchée.

XIII/6 : Paris – Salle de réception d’un grand hôtel – Samedi – 23h00 :

Léa, Andréanne, Nicolas, Mégane et Billy, comme tous les autres invités, dansent sur la piste de danse. La musique change.

Fond Musical : Marty McFly – Johnny B. Good.

Nico rejoint Andréanne, tandis que Léa et Mégane vont pour s’éclipser. Billy rattrape Léa.

Léa : Lâche-moi !

Billy, la lâchant : Juste une danse !

Léa : Non !

Billy, lui tendant une main : S’il te plait… Pour m’excuser…

Léa soupire et attrape sa main.

Léa : Si Julie me tue, ce sera de ta faute !

Billy rit et l’entraîne dans un rock endiablé.  Julie, ne supportant ce spectacle, se lève et sort en courant de la salle. Billy va pour la rattraper, mais Léa l’empêche.

Léa : Laisse ! J’y vais…

Billy : T’es sure ?

Léa : Oui !

Eberlué, il la laisse suivre les pas de Julie.

XIII/7 : Paris – Hall d’un grand hôtel – Samedi – 23h00 :

Léa trouve Julie assise dans un canapé. Elle s’assoit à côté d’elle.

Julie : Va-t-en !

Léa : Pourquoi je m’en irais ?

Julie : Parce que tu veux me piquer mon mec, cette question !

Léa : Je ne voulais pas danser, mais il m’a fait son regard de chien battu, là !

Julie : Tu parles !

Léa : Enfin, si tu veux me traiter de traînée, fais-toi plaisir ! Il serait vraiment tant que tu insultes la bonne personne après toutes ces années.

Julie : Clément t’aimait, alors arrête tes conneries !

Léa : A quel moment ? Celui où il m’a proposé d’être sa fuck friends ? Celui où il m’a « largué » à des milliers de kilomètres ? Ou bien, à chaque fois qu’il m’a fait une crasse ?

Julie, perdue : Il a fait quoi ?

Léa : Larguer le mot est faible en fait. Il a coupé les ponts avec moi en me traitant de bouche-trou…

Julie : Mais c’est arrivé quand ?

Léa : Tu n’étais plus dans ma vie à ce moment-là et j’aurais tant aimé que tu sois là…

Julie : Tu savais que j’étais avec Billy ?

Léa : Oui, je sais pas à trop à quoi je jouais, mais ça n’a jamais été plus loin qu’un baiser. Je crois que je n’aurais jamais pu te faire ça, en fait, qu’inconsciemment tu étais ma barrière de sécurité.

Julie : Je le mérite pourtant. J’ai été infecte avec vous trois.

Léa : C’est le passé et je suis sure que tu as plus souffert que nous, dans cette histoire.

Julie : Vu ce que tu viens de me dire, j’en doute.

Léa : Ca a été que la conclusion de toute cette histoire merdique…

Julie : Enfin, ça te conduit à t’attacher à des mecs pris, c’est quand même pas si rien !

Léa : Voir plus… Enfin bref ! Tu m’en veux pas ?

Julie : Non, c’est à l’autre tâche que j’en veux !

Léa : Pourquoi ?

Julie : J’ai refusé de danser, alors je suis sure que c’est juste pour me rendre jalouse !

Léa : Il a dit que c’était pour s’excuser ! Je peux le taper ?

Julie : Fais-toi plaisir !

… : Heureusement que je sais me défendre !

Léa : Viens pas gâcher des retrouvailles, Billy !

Billy : C’est émouvant !

Léa et Julie : La ferme !

Billy : Ca fait plaisir de vous revoir comme à la bonne époque !

Léa : Et c’est l’instant où tu nous sors que tu as fait tout ça pour ça ?

Billy, de mauvaise foie : Tout à fait !

Léa : Je vais vous laisser régler vos problèmes, j’ai assez des miens ! (A Julie) Lui pardonne pas trop vite…

Julie : T’inquiète ! Il va dormir tout seul, ce soir !

Billy : Hey !

Julie lui tire la langue et Léa rejoint la salle de réception.

XIII/8 : Paris – Salle de reception d’un grand hôtel – Samedi – 23h30 :

Fond Musical : John McLaughlin – So Close

Léa entre dans la sale de réception. Elle entend la musique et sourit. Elle est perdue dans ses pensées et percute Julien.

Julien : Décidément !

Léa : Vous êtes toujours sur mon chemin.

Julien : Nous pourrions peut-être nous tutoyer ?

Léa : Effectivement !

Julien : J’aime aussi beaucoup cette chanson. Tu as vu le film ?

Léa : « Il était une fois » ? Oui, bien sur. Je ne voulais plus sortir de cette salle de ciné. Je vais y retourner, je pense.

Julien : Je serais ravie d’y aller avec toi. En attendant, m’accorderais-tu cette danse ?

Léa, rougissante et bénissant l’obscurité : Une danse, ça n’engage à rien !

Il lui tend la main et l’entraîne sur la piste de danse.

 

XIII/9 : Paris – Salle de réception d’un grand hôtel – Dimanche – 4h30 :

Léa et Julien discutent autour d’un verre. Il n’y a presque plus personne dans la salle, quelques invités dansent encore.

Léa : Non ! La meilleure attraction est et restera Pirates des Caraïbes !

Julien : Alors, déjà c’est Pirates of the Caribbean et non, la meilleure, c’est Phantom Manor.

Léa : Je trouve l’histoire, le ride et les animatronics bien plus aboutis dans Pirates. Le problème de Phantom Manor, c’est que l’ambiance dépend beaucoup trop des cast members qui ne jouent pas toujours le jeu. Je la mets en numéro 2.

Julien : Pirates aussi.

Léa, riant : On sera jamais d’accord de toute façon !

Julien : C’est bien vrai. Tu n’as jamais visité les autres parcs du monde ?

Léa : Non, cette année sûrement, mais je cherche des gens pour venir avec moi.

Julien : Ce serait lequel ?

Léa : Floride, bien sûr !

Julien : Excellent choix ! Et là, au moins on sera d’accord sur Philharmagic et Soarin’.

Léa : Chut ! Je veux rien savoir !

Perdus dans leur conversation, il ne voit pas Andréanne arrivée.

Andréanne : Les amis, il va être l’heure de quitter les lieux.

Julien, regardant sa montre : En effet, je n’avais pas vu le temps passé. C’était un mariage magnifique, Andy !

Léa : +1 !

Andréanne : Merci encore Léa pour ton courage d’aujourd’hui…

Léa, dans un clin d’oeil : Ca sert à ça les meilleures amies !

Andréanne, émue : Merci… Allez, on se lève et on se dirige vers la sortie !

Léa : Oui, Madame ! Faut que je signe le livre d’or avant.

Julien : Moi aussi.

Andréanne : Faites donc !

Ils lui font la bise et se dirigent vers le livre d’or. Julien laisse Léa signer en premier. A peine a-t-elle fini de signer qu’elle attrape sa main et écrit quelque chose dessus, son numéro de téléphone. Elle lui tend le stylo qu’il prend.

Léa : Ca peut toujours servir.

Elle lui fait un clin d’œil.

Léa : A bientôt…

Julien : Je l’espère…

Elle tourne les talons dans un sourire et sort de la salle.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker