Séquence 14

XIV/1 :  Paris – Siège de la station de radio NRJ – Lundi – 1h00 :

Léa : « Bonsoir les insomniaques ! Merci de commencer la semaine avec nous, c’est parti pour cinq heures de folies ! Vous n’êtes pas prêts de dormir. Ce soir, nous allons parler des apparences. Pourquoi avons-nous une personnalité publique et une personnalité privée ? Pourquoi certains arrivent à être les mêmes dans toutes les situations et pourquoi d’autres ont besoin de se réfugier derrière l’humour ou l’exhibitionnisme pour cacher une profonde timidité ? Tant de questions et si peu de réponse : faites sauter le standard ! Nell vous attend ! Je laisse Catherine Zeta Jones et ses copines vous guider vers le standard ! »

Fond musical : Chicago – Cell Block Tango

Nell : D’où vient ce débat?

Léa : Nulle part !

Nell : C’est cela !

Léa : C’est un constat sur les gens qui m’entourent et les mecs en général. Ca parle un peu de moi aussi.

Nell : Il s’appelle comment ?

Léa : Il s’appelle pas…

Léa et Nell : Il se siffle !

Elles explosent de rire.

Nell : Tu perds rien pour attendre ! Je prends ces lignes là et tu vas voir !

Léa : J’ai encore deux petites heures avant que tu me cuisines.

Nell : Allez disons trois, parce que ça se déchaîne là.

Léa : Amen !

Nell décroche le téléphone.

XIV/2 :  Paris – Siège de la station de radio NRJ – Lundi – 6h00 :

Nell et Léa sortent de la radio.

Nell : Tu vas faire quoi là ?

Léa : Je suis théoriquement censée aller en cours, mais je suis fracassée. J’ai de plus envie que cette semaine passe vite.

Nell : Pourquoi donc ?

Léa : Parce que je veux revoir mon groom, et l’attraction n’ouvre que les samedis pour l’instant.

Nell : Quelque chose me dit que tu y seras tous les jours quand elle sera définitivement ouverte !

Léa, de mauvaise foie : Je vois vraiment pas ce qui te fais penser ça…

Nell : Il a l’air bien ce garçon.

Léa : Je m’emballe pas trop non plus, parce qu’on les connaît les garçons gentils au départ, qui deviennent de vrai connard après.

Nell : Pour celui-là, je ne pense pas.

Léa : On verra bien.

Nell : Tu va dormir alors ?

Léa : Je prendrais bien un petit déjeuner avant.

Nell : Veux-tu sortir de ma tête tout de suite !

Léa : Non, c’est trop bon !

Elles rient et se dirigent vers le café du coin.

XIV/3 : Appartement de Léa – Lundi – 14h00 :

Léa, encore endormie, cherche son portable sur sa table de nuit qui ne cesse de hurler depuis cinq minutes.

Léa : Hum ?

… : Bonjour Léa ! C’est Julien.

Léa, se redressant d’un bond dans son lit, dans le gaz, mais ravie : Bonjour…

Julien : Tu vas bien ? J’ai l’impression de te réveiller. Si c’est le cas, j’en suis désolé.

Léa : Non, c’est rien, tu pouvais pas savoir. Je vais bien et toi ?

Julien : Bien, bien. Ce soir avec des amis, je vais voir « Il était une fois ». Je voulais savoir si ça t’intéresserait de venir avec nous.

Léa : Ca va dépendre de l’heure, mais pourquoi pas ?

Julien : Séance de 20h au Gaumont du Disney Village, puis on ira peut-être boire un verre dans le Disney Village après.

Léa : Faut y être à quelle heure ?

Julien : Vers 19h30 devant le ciné.

Léa : Je suis pas sure de rester longtemps pour la suite. Je travaille.

Julien : D’où le fait que tu dormais là, non ?

Léa : Oui, tout à fait.

Julien : Et tu travaille où, en fait ?

Léa, hésitante : …

Julien : Tu n’es pas obligé de me le dire.

Léa : Officiellement, je travaille à un McDrive de la région parisienne. Officieusement, je suis animatrice radio. J’anime la tranche horaire 1h-6h sur NRJ, cinq nuits par semaine. J’aime pas trop en parler, parce que sinon je me retrouve couverte de demande d’autographes des animateurs célèbre de la station et de demande en tout genre.

Julien, riant : Je n’écoute pas la radio, donc aucun souci à ce niveau-là !

Léa, riante : Enfin un qui ne connaît pas mon émission !

Julien : Il y a un début à tout.

Léa : Heureusement ! Par contre, je vais te laisser, parce que je n’ai pas encore mon quota de sommeil, là…

Julien : Oh oui ! Pardon !

Léa : Non, c’est pas grave !

Julien : Un peu quand même !

Léa : T’inquiète ! A ce soir ?

Julien : A ce soir !

Elle raccroche et trépigne sur son lit.

XIV/4 : Gaumont du Disney Village – Lundi – 19h30 :

Un peu stressée et bien apprêtée, Léa se dirige vers le cinéma. Julien et ses amis sont déjà là. Il va à sa rencontre et lui fait la bise.

Julien : Salut Léa ! Tu vas bien ?

Léa : Salut ! Bien et toi ?

Julien : Bien aussi. Viens, je vais te présenter.

Léa : Let’s go !

Ils se dirigent vers ses amis.

Julien : Voici Sébastien, mon petit frère, alias Sébastien.

Sébastien : Salut ! Je crois qu’on s’est déjà croisé, non ?

Léa : Dans la bibliothèque de la tour.

Sébastien : Exact ! Ravi de faire ta connaissance.

Léa : Moi aussi.

Julien : Voici Caroline, la petite amie de Sébastien.

Caroline : Enchantée !

Léa : De même !

Caroline, riante : Ca manquait de fille !

Léa, riante : Si je peux aider, hein !

Julien, amusé : Voici Lucas et Vivien, modérateurs sur le forum.

Lucas et Vivien : Salut !

Léa : Salut !

Julien, à tous : Et voici, donc Léa !

Sébastien, taquin : La fameuse !

Léa, amusée : Tant que ça ?

Julien mi-amusé, mi-mal à l’aise : Ne l’écoute pas !

Léa : Vous avez acheté vos places ou vous m’attendiez ?

Julien, lui tendant une place et dans un clin d’oeil : C’est déjà fait !

Léa, rougissante : Merci…

Caroline : Tu l’as déjà vu, alors ?

Léa : Oui. Je vais faire un jeu de mot pourri, mais il m’a enchanté !

Les autres laissent échapper un petit rire.

Sébastien : Définitivement, ils sont faits pour s’entendre ces deux-là.

Caroline : Et si tu arrêtais de les embêter aussi !

Lucas : Non, c’était tellement drôle de voir la tête de GM à chaque fois !

Julien, amusée : C’est finit, oui !

Léa, amusée : Les attractions c’est deux barrières derrière nous ! Je préfère ça, en fait, plutôt que vous me bombardiez de questions.

Sébastien : La soirée ne fait que commencer !

Léa : J’ai parlé trop vite. (Amusée) Bon, bah, je propose de se diriger vers la salle et puis que vous commenciez à faire feu, comme ça se sera fait !

Julien : Ils vont rien faire du tout !

Ils commencent à avancer vers l’ouvreuse.

Léa : En même temps, c’était prévisible, non ? Et c’est un peu le but de ce genre de soirée. (Riante) Tu vas y avoir droit, t’inquiète !

Caroline : Je l’aime déjà !

Sébastien : J’espère bien ! Manquerez plus que vous vous entendiez pas toutes les deux !

Julien : Tu serais obligée de changer de copine, ce serait embêtant.

Sébastien : J’ai trouvé le premier, tu te débrouilles pour trouver une petite amie compatible avec la mienne !

Caroline : Allez, j’ouvre le bal : Que fais-tu dans la vie, Léa ? Il n’a pas voulu nous dire.

Léa et Julien échange un regard complice.

Léa : Je suis étudiante en cinéma et animatrice radio.

Lucas : Sur quelle radio ?

Léa : NRJ. J’anime la tranche 1h-6h.

Julien : Ce n’est pas trop compliqué de tout combiner ?

Léa : Je rate beaucoup de cours magistraux, mais je n’ai que 20h de cours par semaine et un emploi du temps aménagé, donc je m’en sors pas trop mal. J’ai des supers copines de fac qui prennent des notes pour moi.

Lucas : Par curiosité, tu es payée double ?

Léa : Oui, je ne le ferais pas si non. C’est un rythme particulier. Je vois peu la lumière de jour en hiver. Faut apprendre à dormir avec les bruits du jour. Je crois que mon corps ne s’y fera jamais.

Caroline : Ca fait longtemps que tu fais ça ?

Ils donnent leur ticket à l’ouvreuse.

Léa : Plus de deux ans, depuis que j’ai commencé un cycle en cinéma.

Julien : Tu faisais quoi avant ?

Léa : J’ai un DEUG Mathématiques et Informatique. Je suis une geek en fait.

Caroline : Quel revirement !

Léa, amusée : Oui, tu peux le dire ! En fait, je me voyais pas finir ingénieur. Mon truc à moi, c’est le cinéma. Je passais plus de temps à écrire des scénarios qu’à créer des programmes informatiques. Je m’incrustais dans les amphis de cinéma. Je suis donc allée jusqu’au bout de mon DEUG, histoire d’avoir quand même quelque chose et j’ai changé. Je prépare pour la deuxième fois le concours d’entrée à la FEMIS, l’école de cinéma la plus prisée de France.

Ils entrent dans la salle et s’installent.

Sébastien : C’est si dur qu’il est parait alors ?

Léa : Oui, c’est un sacré défi à relever. Au pire, j’irais jusqu’au master. Je verrais bien. Ce qui devra arriver, arrivera.

Julien : J’aime bien cette philosophie.

La lumière se tamise et les bandes annonces commencent.

Julien : Parfait ! Ils vont arrêter de t’assaillir de questions, comme ça !

Ils rient.

XIV/5 : Gaumont du Disney Village – Lundi – 21h30 :

Pendant le film, Julien attrape la main de Léa.

XIV/6 : Gaumont du Disney Village – Lundi – 22h00 :

Léa, Sébastien et ses amis sortent du cinéma.

Caroline : Léa avait raison. Je suis enchanté aussi.

Julien : C’était magnifique, surtout la scène de bal…

Léa, taquine : Arrête de penser comme moi tout le temps !

Julien, passant un bras autour de ses épaules : Non, c’est le meilleur !

Sébastien : Je pense que Caro et moi allons rentrer.

Caroline : Tout à fait.

Vivien : Oui, moi aussi. De toute façon, c’est moi qui conduit, donc vaut mieux pour vous deux.

Lucas : Je vais vous suivre. On va laisser les tourtereaux entre eux !

Caroline : On essaye de faire dans la finesse et là, Lucas mets les pieds dans le plat ! Irrécupérable !

Lucas : Je vous l’ai dit tout à l’heure. J’adore voir la tête offusquée de GM à chaque fois.

Julien : Je m’offusque pas. Je blémis. Nuance.

Ils rient.

Léa : Et moi, je rougis. On fait la paire !

Lucas : Deux timides ! Vous êtes pas prêts de vous en sortir tous les deux !

Julien : Fichez-moi le camp ! Allez !

Sébastien : De ce pas !

Ils rient, se saluent et se font la bise.

Julien : Un bar en particulier ?

Léa : Je serais bien tentée par le Café Fantasia.

Julien : Très bon choix.

Ils se dirigent vers le Disneyland Hotel où se situe le bar.

XIV/7 : Disneyland Hotel – Café Fantasia – Mardi – 0h30 :

Léa et Julien rit comme des petits fous, assis côte à côte sur un des canapés du café Fantasia. Il a son bras autour de ses épaules. Ils échangent un regard et leurs lèvres se rapprochent. Cependant le téléphone de Léa sonne, rompant l’instant. Elle attrape son portable dans son sac et voit Nell qui s’affiche. Une certaine information arrive à son cerveau.

Nell : Mais où es-tu ? Je te rappelle que tu as une émission qui commence dans trente minutes. Tu devrais déjà être là !

Léa : J’ai pas vu le temps passé !

Nell : Dis-moi que tu n’es pas loin. Genre chez toi !

Léa : Je suis à Disneyland… Mais je serais là à l’heure !

Nell : Quoi ?! Mais c’est quoi, c’est genre trente kilomètres, non ?! Cette fille est folle !

Léa : Je pars tout de suite !

Nell : J’espère bien !

Léa : A toute à l’heure…

Nell : Oui, à tout à l’heure.

Elle raccroche.

Léa : Je suis désolée ! Faut vraiment que j’y aille là. J’ai vraiment beaucoup apprécié, cette soirée et je t’appelle pour qu’on se revoit. Tu veux que je te dépose quelque part ?

Julien, compréhensif : Non, ça va aller. File !

Léa : Merci pour ce soir.

Elle pose un baiser rapide à mi-chemin entre sa joue et sa bouche. Ils échangent un sourire et elle se volatilise telle Cendrillon après les douze coups de minuit.

XIV/8 :  Paris – Siège de la station de radio NRJ – Mardi – 0h59 :

Léa débarque en courant, essoufflée et encore tout habillée dans le studio de radio. Un animateur est à sa place au cas où. Elle attrape un casque à la volée, alors que les dernières secondes de la chanson s’écoule et ouvre son micro. L’animateur lui laisse la chaise.

Léa, essoufflée : « Bonsoir les insomniaques ! C’est parti pour 5 heures non-stop en votre compagnie ! Ce soir, on va parler de tout ces moments qui vous on fait oublié le temps et des conséquences que cela a eu ! Je vous attends après la chanson ! »

Elle coupe son micro, lance la chanson s’assoit sur le siège que vient de libérer l’animateur et pousse un grand soupir pour récupérer son souffle.

Léa : Merci Mika !

Mika : You’re welcome !

Nell : Bravo Mademoiselle ! C’est du joli !

Léa : Je suis à l’heure !

Nell, riante : Sympa ton intro !

Léa, riante aussi : J’ai fait ce que j’ai pu.

Mika : C’est mieux que rien ! Allez, je vous abandonne les filles. Bonne soirée !

Léa et Nell : A toi aussi !

Nell : Allez, raconte ! Qu’est-ce que tu faisais à Disneyland ?

Léa : Je buvais un verre…

Nell : Comment s’appelle-t-il ?

Léa, tentant de masquer son air béa : C’est mon groom…

Nell : Oh ! Et vu ton air béa, ça a l’air de s’être bien passé…

Léa : Trop bien, même ! Mais qu’est-ce qui m’arrive ?!

Nell : La meilleure chose qui soit, que tu sois enfin amoureuse pour de vrai et d’un mec libre !

Léa : Non, parce que ça implique de souffrir, de faire des concessions.

Nell : Non, pas toujours ! C’est quelque chose de bien, des fois !

Léa : Pfff… Il est si gentil et je pourrais passer des heures à discuter avec lui… Ca va trop vite !

Nell : Laisse-toi porter ! Je le sens bien celui-là.

Léa : Tu le connais même pas…

Nell : Une intuition ! Tu es radieuse. Tu oublies le temps et le monde qui t’entoure. Alors je dis, continue dans cette voie !

Léa : Mais si je souffre, ce sera de ta faute !

Nell : J’en prends toute la responsabilité !

Léa : Allez, j’ai une émission à animer… C’est la première fois que j’ai pas envie…

Nell : Alléluia !

Elles éclatent de rire.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker