Emprise des sens (PG-13)

Nous sommes là dans le canapé du salon, devant ce DVD que je n’arrive pas à suivre. Ses formes m’obsèdent. Des mois de désirs inavoués, mais je ne peux pas lui dire. Les conséquences seraient bien plus que fâcheuses. A croire que son esprit lit dans le mien :

 

_ « Ca te dérange, si je m’allonge ? Je ne me sens pas bien comme ça… »

_ « Non, ça ne me dérange pas »

_ « Tu es sure ? »

_ « Totalement ! »

 

Sa tête se pose alors sur mes genoux et plus rien ne compte. Je ne suis pas sure que cela soit une invitation. Je doute, retiens mes gestes et craque. Mes doigts se mettent à jouer avec ses cheveux, se perdent dans son cou. Son corps frémit, comme parcouru par un frisson. Son dos s’offre à moi, même si son pull sépare mes doigts de celui-ci. Tendrement, mes doigts se baladent dans son dos, hésitant par moment. Mes doigts avouent ce que je cache depuis des mois et m’emmènent vers l’irréversible. Mes yeux ne pourront plus mentir à présent. Mentait-il vraiment ? Soudain, quelques mots sortent de sa bouche :

 

_ « Il fait chaud, non ? »

_ « Je trouve aussi… »

 

A ces mots, son pull vole, ainsi que son haut blanc. Sa tête se repose sur mes genoux et son dos s’offre à nouveau à moi. Mes caresses se font plus précises, plus sensuelles. Le doute n’est plus permis quant à mes intentions. Son dos me renvoie comme un consentement. Ses muscles et son corps se détendent. L’ivresse semble parcourir chaque centimètre de sa peau. Son corps bougent sous mes doigts et se retournent. Ses yeux plongent dans les miens. Une de ses mains vient caresser mon visage pour l’approcher doucement de ses lèvres. Nos lèvres se frôlent, se touchent et s’embrasent. Mon cœur s’emballe. Le sien aussi. Mes mains contournent ses formes, n’osant que les effleurer. Sa main pose la mienne sur sa charmante poitrine. Je n’arrive pas à croire que je suis là avec elle et que mes mains parcourent ses magnifiques petits seins. Elle dégrafe son jean comme une invitation à l’emmener encore plus loin. Joueuse, je laisse mes doigts parcourir sa petite culotte avant de s’y glisser et de l’emmener vers les sommets du plaisir….

 

Soudain, tout disparaît et je me retrouve seule dans mon lit, en sueur. Je me rappelle que la « elle » en question n’aime que son homme et que tout ça n’était qu’un rêve… Dur, parfois, d’être une « elle » qui aime une autre « elle »…

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker