Chapitre 13

Chapitre 13 : Il faut toujours se méfier des plus petits que soi !

 

Résidence des Casablancas

 

Veronica s’était rapprochée discrètement du salon. Elle s’était cachée derrière l’escalier et avait une bonne vue sur la scène qui se déroulait au salon. Elle attendait le moment propice pour intervenir.

 

Logan : Alors, dans quelle partie de ton plan, tu as pensé à ces petits anges ? Je ne suis pas sur que tu ferais un très bon père.

Cassidy : Toujours meilleur que toi, en tout cas. Qui sait ce que tu pourrais leur faire subir à ces petits anges ! Le digne fils de son père !

Logan : LA FERME !! Tu as vraiment de la chance que je sois une bombe humaine !

Cassidy : Qu’est-ce que je disais !

Dick : Beaver ! Faut arrêter de rêver ! S’il nous arrive quelque chose, tu ne seras jamais le tuteur légal de Logan et Veronica. Ce sera leur parrain et marraine, Logan et Veronica.

Mac, souriant : Et s’ils leur arrivent quelque chose, ce sera mes parents.

Cassidy : Pour commencer, il faudra que je résolve cette histoire de prénom ! Je me demande encore ce qui vous est passé par la tête !

Logan, ignorant Cassidy : On va prier pour qu’ils ne vous arrivent rien, alors ! Pourquoi j’ai accepté d’être parrain ?! Note pour plus tard : Ne plus jamais être sobre à Neptune ! Non ! Mieux : Ne plus jamais revenir à Neptune !

Mac : Je vais faire comme si je n’avais rien entendu !

Logan : Je plaisante !

Mac : Moi aussi !

Cassidy, secouant son portable : Je suis là !

Logan : La preuve que tu sers à rien, Beaver !

 

A quelques pas de là, Amandine rejoignit Veronica.

 

Veronica, chuchotant : Qu’est-ce que tu fais, là ?!

Amandine : Je couvre ton joli petit derrière !

Veronica : Je n’ai pas besoin de ton aide !

Amandine : Et comment vas-tu neutraliser, Cassidy ?

Veronica : J’ai un plan !

Amandine : Lequel ?

Veronica, retenant un fou rire : J’y réfléchis…

Amandine : Tu es incroyable, Veronica !

Veronica : Je sais !

Amandine : Bon, chacune un côté de l’escalier ?

Veronica : La première qui peut, lui saute dessus et le débarrasse de son portable.

Amandine : Ca me va. Au fait, ton père le veut vivant.

Veronica : Ce n’est pas moi qui aie une arme dans les mains.

Amandine : Pas faux.

 

Amandine contourna l’escalier et se positionna derrière la balustrade. Logan s’en aperçut, mais ne silla pas. Son regard se posa alors de l’autre côté de l’escalier. Il y vit sa petite blonde préférée, là encore, il fit comme si de rien était.

 

Cassidy : Tu joues avec ta vie !

Logan : Si peu !

Cassidy : Veronica ne te sauvera pas cette fois !

Logan : Dommage ! Elle le fait si bien, d’habitude !

Cassidy, bouillonnant : …

Logan : Puis franchement, Beaver ? Pourquoi des explosifs ? Tu ne peux pas agir en homme, au moins une fois, dans ta vie ? Régler ça avec des poings, du sang, des objets cassés, non ?!

 

Cassidy s’approcha alors de Logan et lui mis son poing en pleine figure. Logan laissa échapper un fou rire.

 

Cassidy : MON NOM EST CAS-SI-DY !

Logan : On devrait écrire ça sur ta tombe et son expression favorite était : Mon nom est Cassidy !

 

Veronica profita du manque d’attention de Cassidy pour se rapprocher. Au moment où elle allait se jeter sur lui, le parquet craqua, il s’aperçut alors de sa présence et pointa son arme sur elle.

 

Cassidy : Et voilà, celle qui fait toujours tout foirer !

Veronica : Je ne vois pas les choses de cette façon !

Cassidy : Ah oui, j’oubliais que tu te prends pour une héroïne !

Veronica : Moi ? Jamais ! Définitivement pas mon genre !

Mac : Logan, sors de ce corps !

Logan : J’ai tellement l’habitude d’y faire des va-et-vient !

 

Dick et Mac laissèrent échapper un rire.

 

Veronica, rougissant : Logan !

Logan : Comme si tu n’aimais pas ça, Mars !

Veronica, rouge comme une pivoine : Ce n’est pas le sujet, Echolls !

Cassidy : Pour une fois, je suis bien d’accord avec Mrs Mars ! Allez va t’asseoir gentiment à côté de Mr « Je me prends pour un dieu du sexe » Echolls !

Logan : Mr « Endurance » Echolls, oui, c’est bien moi !

 

Veronica s’exécuta et pria pour qu’Amandine ait plus de chance. Elle ne voyait définitivement pas comment ils allaient s’en sortir.

 

Cassidy : La ferme, Logan !

Logan : Oui, on a compris ! Tu es le maître du monde, blablahblah ! Mais si tu nous fais sauter, tu sautes aussi, non ? Et si tu sors Beau-Papa te descends ? C’est quoi ton plan B, cette fois ?

Cassidy : Si je te le dis, ce ne sera plus un plan B.

Veronica : Il n’en a pas. Il n’avait pas prévu que mon père débarquerait.

Cassidy : Arrête de vouloir être plus intelligente que moi ! J’avais tout prévu !

Veronica : Tu peux toujours essayer de t’en convaincre mon petit Beaver !

Cassidy : Tu es loin d’être la Miss « Je sais tout » que tu crois être !

Logan : Non, c’est Miss « J’ai toujours raison, même quand j’ai tort » !

Veronica : Echolls, je sens que tu ne vas pas revenir de sitôt dans ce corps que tu aimes tant !

Logan : Je plaisantais, Mars !

Veronica : A d’autres, Echolls !

Cassidy : Quand vous aurez fini de vous dire à quel point vous êtes merveilleux, on pourrait revenir à mon absence de plan B.

Veronica : J’ai effectivement toujours raison !

Cassidy : C’était une façon de parler !

 

Amandine qui ne perdait pas une miette des échanges houleux des jeunes gens, se décida à faire quelque chose. Elle ne pouvait pas lui tirer dessus sans risquer de toucher les autres, Cassidy ne restant jamais bien longtemps à la même place. Elle finit par s’approcher de lui, il ne la vit pas arriver et elle se jeta sur lui. Il finit à plat ventre sur le sol. Il essayait de se débattre, mais elle lui maintenait les mains à terre.

 

Amandine : Veronica, si tu pouvais lui prendre son arme et surtout son portable. Tu m’aiderais beaucoup.

 

Veronica s’exécuta, piétina le portable et pointa l’arme sur lui. Amandine lui ramena les bras dans le dos. Veronica attrapa la corde qui était restée sur la table et aida Amandine à le ligoter. Veronica repointa alors son arme sur Cassidy. Amandine se releva et fit de même. Cassidy ne bougea plus.

 

Amandine, sentant que Veronica allait faire une bêtise : Veronica, tu pourrais peut-être détacher tes amis. Je garde un œil sur Cassidy.

 

Veronica ne répondit pas, comme dans un état second. Elle se revoyait sur le toit du Neptune Grand, cinq ans plutôt. Elle revoyait Logan l’empêcher de tirer. Elle s’en était toujours voulu de ne pas avoir envoyé Cassidy six pied sous terre. Elle avait l’occasion de changer la donne et ne voulait pas passer à côté. Elle avait entendu Amandine, mais ses pensées allaient à deux milles kilomètres heure. Elle n’était pas une meurtrière, mais Cassidy leur avait suffisamment pourri la vie, comme ça.

 

Logan : Veronica, tu sais que je ne suis pas fan des explosifs. Je préfère les poings et les armes à feux. Allez Veronica ! Veronica !

Veronica, sortant de ses pensées : Hein ?

Logan : Moi aussi, j’ai une sensation de déjà-vu, mais tu n’es pas une meurtrière. Par contre, si tu me détaches, je veux bien faire sa fête à Beaver !

Amandine : Veronica, tu vas lui faire une faveur en le tuant ! La prison sera une plus belle torture et une plus belle victoire pour toi ! Avec son petit minois de vierge effarouchée, il se trouvera bien un T-Bag qui lui en fera voir de toutes les couleurs ! En plus, avec ce qu’il a fait, il finira sûrement sur la chaise, alors épargne-toi ça ! Donne-moi l’arme et va détacher tes amis !

 

Veronica hésita un instant, les larmes aux yeux et finit par tendre son arme à Amandine, qui tenait toujours Cassidy en joue. Veronica détacha d’abord Logan qui l’a prit aussitôt dans ses bras. Ils détachèrent ensuite Mac et Dick, qui se ruèrent à l’étage récupérer Mini-Mac et Mini-Dick. Logan et Veronica ouvrèrent les larges baies vitrées de la résidence et Keith emmena Cassidy, pendant qu’une brigade spécialisée dans les explosifs déminait la maison. Alors que les premiers rayons du soleil naissait dans le ciel, ils se retrouvèrent tous au bureau du sheriff pour leur déposition. C’était la seconde fois qu’une cellule du bureau du Sheriff de Neptune regroupait un père et son fils,  excepté que cette fois-ci, aucun des deux ne sortirait innocent de cette histoire.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker