Chapitre 4

Chapitre 4 : Un dieu du sexe, deux filles, plein de possibilités !

 

Une Ile au milieu du Pacifique

 

Ils avaient improvisé un pique-nique sur la plage. Enfin, si de la Tequila et des chips en constituaient un.

 

Amandine : Tu bois, Veronica et c’est tout !

Veronica : Non !

Veronica (VO) : Je ne boirais plus jamais, en présence de Logan !

Logan : Allez, Mars ! Ca va être marrant… comme à Paris !

Veronica : Echolls ! Un mot, un seul à propos de Paris et je te noie de mes propres mains !

Amandine : Ca a l’air croustillant, cette histoire à Paris !

Veronica : Pas du tout ! C’est Echolls qui se fait des films !

Logan : Mars, je t’ai déjà dit que je n’imaginais jamais rien. Je me souviens !

 

Veronica, de rage, attrapa le verre de Tequila et le but d’une traite.

 

Logan : Mars se lâche enfin !

Veronica, dont Amandine remplissait le verre : Echolls, il n’y aura pas de Paris 2 !

Logan : Mars, tu n’es pas encore assez bourrée pour ça !

Pierre : Ils nous cachent des choses, ces deux-là !

Amandine : Nonnnn ! Tu crois ?!

Pierre : Alors, vas-y ! Dis nous ce qu’ils nous cachent, toi qui est si maligne !

Amandine : Je suis pas assez bourrée pour ce genre d’élucubrations !

 

Pierre soupira. Elle était incroyable. Des bouteilles de Tequila et un « action-vérité » plus tard, ils ne portaient plus que leur maillot de bain. Pierre avait finit par aller se coucher, tenant à peine debout et sachant pertinemment qu’il finirait la nuit seul, contrairement à Logan. Elles n’en avaient que pour lui. Il se demandait juste avec laquelle des deux, Logan se retrouvait jusqu’au petit matin.

 

Veronica : C’est bizarre, Echolls ! Ce pouvoir qu’a l’alcool de te rendre irrésistible !

Logan : Mars, tu es la seule à me trouver irrésistible, uniquement sous l’emprise de l’alcool !

Amandine, passant une main dans les cheveux de Veronica : Je suis sure qu’elle te trouve irrésistible tout le temps et qu’elle ne veut pas l’avouer !

Veronica, posant une main sur la cuisse d’Amandine : Non, c’est faux !

Logan, se rapprochant de Veronica : Mars, tu es trop bourrée pour faire ta fière !

Amandine, un main sur la cuisse de Veronica et une autre sur celle de Logan : Bon, Logan ! Action ou vérité ?

Logan : Action pour changer.

Amandine : Embrasse, Veronica !

 

Il ne laissa même pas le temps à Veronica de protester. Il l’embrassa à la fois sauvagement et passionnément.

 

Logan : Amandine, action ou vérité ?

Amandine : Action.

Logan, avec son sourire moqueur : Embrasse, Veronica !

Amandine : Hey ! C’est mon gage ! T’as pas le droit !

Veronica : Je suis contre de toute façon !

Logan : Mars, je ne t’ai pas demandé ton avis ! Amandine, tu as choisi action, donc action !

 

Elle s’exécuta. L’alcool aidant, Veronica se laissa aller à ce baiser. Elle n’en revenait pas de ce qu’elle était entrain de faire.

 

Logan, satisfait : Je sens que je vais beaucoup aimer cette fin de nuit !

Veronica : Echolls ! Je ne ferais jamais ça avec une fille !

Logan : Mars, c’est simple pourtant ! Elle a envie de toi, j’ai envie de vous deux et vous avez envie de moi, CQFD !

 

Il l’embrassa pour l’empêcher de réagir, laissant filer une de ses mains sous son très sexy deux pièces, pendant que l’autre main remontait la cuisse d’Amandine. Cette dernière laissa se balader une de ses mains sur le torse de Logan et l’autre décrochait les ficelles du maillot de Veronica. Veronica ne mit pas longtemps à les laisser prendre le pouvoir. Elle perdait tout sens commun dès que Logan la touchait. La moindre de ses caresses la faisait défaillir. Il embrassa ensuite Amandine, qui avait également perdu tout sens critique, pendant qu’une de ses mains s’aventurer dans le peu qu’il restait du deux pièces de Veronica et que l’autre se débarrassait du soutien-gorge d’Amandine. Les lèvres de Veronica se perdirent sur le torse de Logan. Elles le firent basculer dans le sable, couvrant son torse de baisers et de petit coup de langue bien sentie. Elles se débarrassèrent de son caleçon. Logan reprit vite le dessus, du moins sur Veronica. Il lui enleva le reste de son maillot de bain. A genou dans le sable, Veronica face à lui, il la prit, gardant une main baladeuse sur Amandine qui parcourait chaque millimètre de son dos, ses mains parcourant son torse. Il l’embrassa, la poussa à embrasser Veronica et à la toucher.  Elle se glissa dans son dos à elle, cette fois. Elle couvrit ses épaules de baiser et caressa ses seins. Leur petit jeu dura ainsi un long moment, avant qu’elles n’inversent leur rôle. Perdus dans cette ivresse de passion, de sensualité et de volupté et baignés par les effluves de la Tequila, ils passèrent la nuit entière à jouer avec leur sens et à faire tomber chacune de leurs inhibitions, multipliant les excentricités qu’apportait un trio. Ils n’étaient jamais assez rassasiés les uns des autres. Veronica s’était encore étonnée, elle-même ! Définitivement, l’alcool lui faisait faire des choses incroyables, surtout quand Logan était le coin. Quand à leur attitude, elle n’avait pas été étonnée du tout. Elle se doutait des habilités de sa co-équipière en la matière et Logan était, et resterait, son dieu du sexe personnel, même si elle avait du le partager, un peu. Pour une fois, elle ne se dit pas qu’elle le regretterait au matin. Elle n’avait qu’une vie. Leur folle nuit s’acheva sur la terrasse en teck de la villa, entre une table et un transat. Epuisées, elles s’endormirent dans les bras de Logan, qui bénissait intérieurement les effets de l’alcool sur sa tête de mule de Mars. Il espérait juste qu’elle ne lui balancerait pas ça à la figure, à son réveil. Il lui serait de toute façon difficile de prendre la poudre d’escampette avant qu’il ne se réveille. Il finit par s’endormir.

 

Une Ile au milieu du Pacifique

 

Veronica émergea difficilement. Le soleil l’éblouissait et l’alcool avait encore ravagé son cerveau. Cette fois, elle savait très bien où elle était et ce qu’elle avait fait. Elle était, malgré tout, partagé entre l’envie de fuir et de rester là, contre Logan. Elle reposa sa tête sur son torse. Après tout, elle ne pouvait aller bien loin. Elle s’aperçut qu’Amandine ne dormait pas.

 

Veronica : Salut…

Amandine : Salut…

 

Elles échangèrent un regard et se mirent à rire en évitant de réveiller Logan.

 

Amandine : Je ne pensais pas que tu ferais ça, Veronica !

Veronica : Franchement ? Moi, non plus !

 

Elles rirent à nouveau. Logan ouvrit un œil, puis les deux et s’habitua à la lumière du soleil. Il fut surpris de trouver les deux demoiselles entrain de rire et surtout que Veronica n’ait pas pris la poudre d’escampette avant son réveil.

 

Logan : T’es encore là, Mars ? T’as pas encore pris la fuite ?

Veronica : Si c’est que tu veux, Echolls, il n’est pas encore trop tard !

Logan : C’est ce que tu fais d’habitude, Mars ! Je n’ai pas dit que j’approuvais.

Amandine : Parce qu’après des nuits, comme ça, tu prends la fuite ? Va falloir m’expliquer.

Veronica, plaisantant : Oui, c’est pour ajouter un peu de mystère !

 

Même Logan ne pu s’empêcher de rire. C’est à ce moment que Pierre, bien plus frais qu’eux, fit son entrée. Au vu de son regard, ils réalisèrent qu’ils étaient nus au milieu de la Terrasse. Logan attrapa le matelas du transat le posant sur eux, Veronica virant au rouge et Amandine ne pouvant réprimer un fou rire.

 

Pierre : Ah ! Bah ! Y en a qui se gêne pas ! Je savais bien que tu finirais avec l’une des deux, mais je n’avais pas du tout envisagé cette option.

Logan : C’est ce qui fait la différence entre moi et les autres !

 

Pierre, un peu frustré, ne répondit rien.

 

Logan : Par contre, je pense que ces deux demoiselles, surtout la petite blonde à ma gauche, aimeraient bien aller se rhabiller ou accéder à la salle de bain. Donc si tu pouvais aller voir dans la cuisine si elles y sont, elles t’en seront reconnaissantes.

Veronica : Je ne suis pas petite, Echolls !

 

Il l’embrassa. Pierre se dirigea vers la cuisine, dépité.

 

Amandine : Eurk ! De la guimauve au réveil ! Je vais aller voir si mes vêtements sont toujours sur la plage, hein !

 

Elle se leva et se dirigea vers la plage.

 

Veronica : Je suis désolée, Logan… pour tout.

Logan, posant un doigt sur sa bouche : Veronica, tu n’as pas. Tu as eu autant de mal que moi à digérer notre séparation. J’ai juste regretté que tu ne me demandes pas de t’accompagner à Paris, même si je ne suis pas encore prêt à vivre comme tout le monde et en couple. Par contre, la prochaine fois, si on pouvait éviter de ne pas s’appeler, Mars, ce serait bien.

 

Il avait parlé sans arrêter de peur, de ne plus pouvoir le dire.

 

Veronica : Je suis d’accord avec ça.

 

Elle l’embrassa.

 

Veronica : Tu me manques, Logan.

Logan : Toi aussi, Mars ! A un point que tu n’imagines même pas.

 

Pierre fit irruption sur la terrasse, alors qu’Amandine, rhabillée, ramenait leur vêtement à Veronica et Logan.

 

Pierre : Je viens d’avoir un appel de la police locale. Ils ont eu les listes. Ils nous les ont faxé à l’hôtel.

Veronica : Mais on y sera pas avant deux bonnes heures !

Logan : Il y a un fax, ici.

 

Il donna le numéro à Pierre qui s’empressa de rappeler le commissaire.


Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker