Chapitre 6

Chapitre 6 : Pierre qui roule, n’amasse pas mousse.

 

Aéroport de Neptune

 

Ils avaient atterrit sans encombre à Neptune. Logan avait prévenu Mac et Dick de son arrivée, en leur faisant promettre de ne rien dire à Wallace. Veronica quant à elle avait informé son père et Wallace avec la même consigne envers Mac et Dick. Ils voulaient créer la surprise. Ils mettaient moins de quatre ans à revenir et en plus, ils revenaient ensemble. Avant de sortir de la zone de transit, Veronica tendit sa main à Logan, comme il l’avait fait des années auparavant à la soirée « d’anniversaire » que son père avait organisée. Il passa ses doigts entre les siens. Logan fut surpris de ce geste. Veronica le remarqua.

 

Veronica : Le point 2 ne va pas se réaliser tout seul, Echolls !

Logan : Tu es incroyable, Mars !

Amandine : Quel point 2 ? Et c’est quoi le point 1 ?

Veronica, voyant les yeux de Logan s’illuminer : Non, Echolls ! Elle ne fera pas parti du point 2 ! Fallait mieux négocier tes conditions.

Logan : Stupide, stupide, stupide, Logan !

Amandine : Jamais vous arrêtez tous les deux ?

Logan : Jamais ! Je songe à en faire mon nouveau nom de code !

Pierre : Et c’était quoi l’ancien ? Abruti ?

Logan : Ah, non ! Ca, c’est ton nom de code !

Veronica : Bon et si on sortait de là ?

Amandine : T’es pas drôle, Veronica ! Un peu plus, il y avait du sang !

Veronica : J’ai pas envie de les voir en cellule toute de suite !

Logan : En plus, Beau Papa ne serait plus du tout d’accord pour le point 2 !

 

Veronica donna un petit coup de poing dans l’épaule de Logan. Ils se digèrent vers la sortie de la zone de transit. Veronica les stoppa.

 

Veronica : Surtout, quoiqu’il arrive. Pas un mot sur l’enquête à qui ce soit et surtout pas à Dick ! D’accord, Logan ? Tu ne devrais même pas être au courant de toute façon.

Logan : Pas de souci, Mars !

Veronica : Ca vaut aussi pour toi, Pierre !

Pierre : T’inquiète !

 

Ils sortirent de la zone de transit. Deux groupes différents se dirigèrent vers eux. La surprise fut totale, pour tous. Mac et Dick ne s’attendant pas à voir Veronica et encore moins, tenant la main de Logan et de même pour Wallace, vis-à-vis de Logan. Keith vit sa fille, puis Logan, puis leurs mains. Son sang ne fit qu’un tour. Sa petite fille était définitivement entrain de lui échapper. Il avait toujours vu Logan, comme celui qui lui prendrait sa fille. Même avec le temps, il n’arrivait pas à se faire à cette idée. Ils se saluèrent tous.

 

Wallace : Ensemble pour de bon ?

Veronica : Doucement, Sodapop !

Wallace : Je vois, c’est confidentiel…

Veronica : Oui, tout à fait !

Wallace : Et qui est cette jolie brune ?

Amandine : Amandine ! Je suis une amie de Veronica.

Wallace : Enchanté !

 

Pierre profita de la situation et passa son bras autour des épaules d’Amandine.

 

Pierre : Et moi, c’est Pierre. Nous sommes des amis de Veronica.

 

Amandine foudroya Pierre du regard.

 

Mac : Raté, Wallace !

Veronica : Et où sont nos filleuls ?

Mac : Avec la gouvernante, parce que j’avais besoin de prendre l’air.

Veronica : Mini-Mac et Mini-Dick seraient-ils de vrais petits monstres ?

Mac : Disons qu’ils ne s’appellent pas, Veronica et Logan pour rien, c’est deux, là !

Veronica : Je ne vois pas du tout ce que tu sous-entends, par là…

Logan : Moi, non plus…

Keith : Et si on y allait ? Veronica, tu veux poser tes affaires à la maison ?

Veronica (VO) : Allez Veronica, tu peux le faire ! Pense au point 2 !

Veronica, rougissant, baissant la tête, essayant de se cacher dans un trou de souris inexistant : Et bien, je comptais rester avec Logan au Neptune Grand…

 

Les mots de Veronica l’achevèrent. C’en était trop pour ce pauvre Keith Mars. S’il avait pu, il aurait tué, Logan, là, tout de suite, de ses propres mains. Il essaya de retrouver ses esprits et de prendre cela avec un ton enjoué. Si c’était ce que Veronica voulait, il ne pouvait aller contre. Elle n’habitait plus sous son toit. Elle était indépendante et prenait ses propres décisions. Ils devraient faire avec.

 

Keith : Oui, où avais-je la tête ?!

 

Veronica sentit le désarroi de son père. Logan le sentit aussi et vu que Veronica s’en voulait terriblement de faire ça.

 

Logan : Non, mais va chez ton père, Veronica. C’est pas grave.

 

Veronica fut très touchée par le geste de Logan. Avec le temps, il était également difficile à Keith d’en vouloir vraiment à Logan, surtout quand il agissait de la sorte.

 

Keith : J’ai une meilleure idée. Vous n’avez qu’à venir tous les deux, mais… Logan dort dans la chambre d’ami et toi, Veronica, dans celle de Wallace.

 

Logan fit de grands signes intérieurs à Veronica, mais elle fit exprès de les ignorer.

 

Veronica : Je crois que c’est une solution.

Dick : Maintenant que tout ça est réglé. Vous êtes tous invité à diner chez nous, ce soir !

Logan : Ok ! On a loué une voiture. Je dépose la joyeuse troupe chez les Mars et au Neptune Grand et je viens te chercher. On va surfer !

Dick : Ca marche, Dude !

 

Ils se dirigèrent vers la sortie.

 

Logan, discrètement à Veronica : Bien joué, Mars ! Je peux dire adieu au point 2 !

Veronica : Echolls, fait marcher ta tête ! Tu n’es qu’à une porte de ma chambre… C’est mieux que deux kilomètres, non ?

Logan : Oui, Mars ! Mais je tiens à ma vie !

Veronica : Echolls, et moi qui croyait que tu étais toujours prêt à donner ta vie pour moi ! Méga-deçue !

Logan : Au moins, je mourrais heureux !

 

Bureau du Sheriff

 

Logan et Veronica avaient posé leur affaire chez les Mars. Amandine et Pierre avaient posé les leur au Neptune Grand. Logan les avaient alors déposés au bureau du Sheriff. Keith représentant la police locale, s’était retrouvé sur l’affaire de Veronica.

 

Keith : Aucune trace de Richard Casablancas dans aucun des hôtels de la ville, même sous le nom de Cassidy Baclancasas.

Veronica : Est-ce qu’on sait au moins s’il a bien pris cet avion pour Neptune ?

Keith, tendant une photo à Veronica : Oui, les clichés des caméras des surveillances de l’aéroport le confirme. Cependant, il est introuvable.

Veronica : A moins qu’il ait pris un autre nom.

Keith, lui tendant des listes : Ecoute, je te remets les listes. Vous connaissez mieux l’affaire que moi. Ca vous sera peut-être beaucoup plus parlant. J’ai également mis Dick et Mac sous surveillance, au cas où.

Veronica : Je pense aussi qu’il est là pour Dick. Qui sait ? Il va peut-être se rendre tout seul.

Amandine : C’est ça, oui ! Faut arrêter de croire aux licornes, Veronica !

Veronica : Bah quoi ?! C’est mignon les licornes !

 

Quelqu’un frappa. Sacks entra dans le bureau.

 

Sacks : Sheriff, il y a du mouvement chez les Casablancas.

Keith : Qu’entends-tu par mouvement ?

Sacks : Quatre hommes armés viennent d’entrer chez eux.

Keith : Est-ce que c’est Richard Casablancas était l’un d’eux ?

Sacks : Non, pas du tout. Les deux policiers chargés de leur surveillance se tiennent près à intervenir. Il les menace, pour l’instant.

Veronica : « Les » ? Je croyais que Dick surfait avec Logan ?!

Sacks : Non, ils n’étaient pas encore partis quand les hommes sont entrés.

Keith : Prépare une équipe. On y va tout de suite.

Veronica : On a également un gros problème… Logan est au courant de notre affaire…

Pierre : C’est définitif, si on ne ramène pas Richard Casablancas, on peut dire adieu à notre poste !

Veronica : La faute à qui, hein ?

 

Pierre ne répondit rien. Ils quittèrent le bureau du Sheriff.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker