Chapitre 4

Chapitre 4 : Il arrive toujours un moment où il faut dire la vérité !

 

Neptune – Appartement de Veronica

 

Dans le noir, Veronica était en pyjama sur le canapé devant les programmes de la nuit, un pot de glace à la main. La révélation de la journée l’empêchait de dormir. Cindy avait pleuré une bonne partie de la soirée et avait voulu tout savoir sur Logan. Elle avait fini par tomber de fatigue. Léo apparut à moitié endormi dans le salon.

 

Léo : Qu’est-ce que tu fais, là, Veronica ?

Veronica : Je rumine en mangeant de la glace…

Léo : Veronica… Pourquoi tu en fais tout un plat ? Ce n’est pas si grave…

Veronica : C’est Logan !

Léo : Et ?

Veronica : C’est Logan !

Léo : Tu as peur de quoi, au juste ?

Veronica : De rien !

Léo : Veronica !

Veronica : J’ai peur qu’il la déçoive, qu’il la rejette et qu’elle soit encore plus malheureuse après.

Léo : Je pense que, la seule personne à qu’il en voudra, c’est toi !

Veronica : Je ne vois vraiment pas pourquoi !

Léo, soupirant : J’aime ton déni de la réalité !

Veronica : Il n’avait qu’à pas me tromper !

Léo : Veronica…

Veronica : Oui ?

Léo : Je pense qu’il ne t’a pas trompé et que tu as vu ce que tu voulais voir, ce soir-là.

Veronica : Arrête de dire des bêtises !

Léo : Comme tu voudras… Allez viens te coucher.

 

Léo se leva et elle lui tendit son pot de glace. Léo soupira.

 

Léo : Oui, j’accepte d’aller le ranger, si tu viens te coucher.

Veronica : D’accord.

 

Elle se leva et il alla ranger le pot de glace.

 

Neptune – Suite présidentielle du Neptune Grand Hotel

 

Logan était rentré de chez Dick. Il faisait les cents pas dans sa suite. Amandine le suivait du regard. Ils étaient dans leur tenue préférés. Un bas de jogging pour Logan et un tee-shirt et un boxer pour Amandine. Leur ami Jack traînait sur la table.

 

Amandine : Tu veux pas arrêter de bouger ?! Tu me donnes le tournis ! J’ai l’impression d’assister à Roland Garros !

Logan : Te connaissant, tu as réellement dû assister à un match de Roland Garros !

Amandine : Mais on taira la façon dont j’ai obtenu ces places ! Alors, refais-la moi ! Veronica a une fille et c’est ta fille ? J’ai raté combien d’épisodes ?

Logan : Apparemment, le soir où on a rompu, elle venait m’annoncer qu’elle était enceinte ! Quel abruti, j’ai été !

Amandine : Je t’avais bien dit que tu aurais du te battre !

Logan, s’asseyant à côté d’elle : Tu l’aurais vu…

Amandine : Tu sais, moi et les gamins, hein !

Logan : Je suis comme toi, mais…

Amandine : Mais c’est ta fille et c’est forcément, la plus belle du monde !

Logan : Arrête de lire dans ma tête !

Amandine : Elle est comment ?

Logan : Elle a les cheveux blonds de Veronica et mes yeux. Son visage est un mélange de la dureté de celui de ma mère et de la rondeur de celui de Keith. Elle a exactement le même caractère que moi et de l’humour.

Amandine : T’es incroyable !

Logan : Pourquoi ?

Amandine : Tu la connais même pas qu’elle t’a déjà retourné le cerveau ! C’est pas la fille de Veronica, pour rien !

Logan, riant : C’est pas faux !

Amandine : Tu crois qu’elle va te laisser la voir ?

Logan : Faudrait déjà que Cindy le sache et qu’elle veuille bien me l’avouer…

Amandine : Cindy ? Comme Mac ?

Logan : Oui. Comme Mac a appelé sa première fille, Veronica, elle a fait pareil.

Amandine : Veronica a une vie passionnante !

Logan : Tout le monde ne peut pas être comme nous !

Amandine : Sexy et fun ? C’est clair !

Logan : Ce serait invivable, plusieurs comme nous ! On aurait plus le monopôle de la sexytude !

Amandine : Hell Yeah !

Logan : N’empêche, je suis très pote avec le destin, là, maintenant tout de suite.

Amandine : Pourquoi ?

Logan : Tu lis plus dans ma tête ?

Amandine : J’ai le droit de ne pas être profiler, pendant deux minutes ?

Logan : Non !

Amandine : T’es pote avec le destin parce qu’il a donné ton caractère à Cindy ?

Logan, riant : Yep ! T’imagine, Veronica essayant de m’oublier et que tous les jours, elle voit les yeux de Cindy et subit ses frasques !

Amandine, riant : Elle doit s’en arracher les cheveux !

Logan : Comment on est avec Veronica !

Amandine : Attends, elle le mérite ! Elle t’a caché l’existence de ta fille !

Logan : C’est pas faux ! Au fait, on va éviter de dire à Veronica que j’ai couché avec toi à peine trois heures après avoir rompu avec elle…

Amandine, riant : C’est dommage, j’aurais adoré voir sa tête !

Logan : Et bien pas moi ! Déjà que tout ça va m’exploser à la tête !

Amandine : Tu vas faire quoi pour Cindy ?

Logan : J’en sais rien du tout ! Enfin, je vais me concentrer sur l’enquête et attendre que Veronica se décide à me parler.

Amandine : J’ai revu le profil d’ailleurs, mais on en parlera, demain matin.

Logan : Oui, je vais aller dormir un peu.

 

Logan se leva et se dirigea vers sa chambre. Il ferma les portes.

 

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Veronica entra dans le bureau du Sheriff. Comme tous les matins, Sachs était déjà là.

 

Sachs : Bonjour, Sheriff Mars !

Veronica : Bonjour Sachs !

Sachs : Logan Echolls et ses agents sont déjà là.

Veronica : Ils sont tombés du lit ?

 

Sachs esquissa un rire. Veronica se dirigea vers la salle d’interrogatoire. Elle y trouva Logan, Amandine et David assis autour de la table. Un des murs était recouvert des différents éléments de l’enquête.

 

Logan : Tu as une sale tête, Mars !

Veronica, désignant le mur : C’est quoi, ça ?

Logan : On trouvait la pièce un peu austère.

Amandine : C’est la traduction de l’obsession de Logan pour cette enquête.

Logan : J’y vois plus clair comme ça. Bon, Amandine, tu me fais part de ton profil.

Veronica : C’est donc ça, la spécialité d’Amandine.

Logan, avec un regard lourd de sous-entendus : Entre autre chose !

Amandine : Je ne vois vraiment pas de quoi tu parles !

Veronica, avec une pointe de jalousie dans la voix : Et depuis quand vous êtes si proches ?

Logan : Tu es mignonne quand tu es jalouse, Mars !

David : Depuis Paris apparemment !

 

Logan et Amandine donnèrent un coup de pied sous la table à David et lui lancèrent un regard noir. Veronica remarqua leur petit manège.

 

Veronica, furieuse : Tu m’as donc bel et bien trompé ?

Logan : Non !

Veronica, furieuse : A d’autres !

 

Elle sortit en trombe de la pièce. Logan allait se lever, mais Amandine le retint.

 

Amandine : J’y vais.

Logan : Non !

Amandine : Tu risques de dire des choses que tu ne penses pas ! Pense à Cindy !

Logan : D’accord… Vas-y !

David : C’est qui Cindy ?

Logan : C’est ma fille !

David : Hein ?! Mais pourquoi personne ne me dit jamais rien ?!

 

Amandine sortit de la pièce et Logan expliqua toute l’histoire à David.

 

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Amandine frappa à la porte du bureau de Veronica. Elle lui dit d’entrer.

 

Veronica, avec une pointe de déception : Ah !… C’est toi…

Amandine : Oui, je sais que tu aurais préféré voir Logan passer cette porte, mais il vaut mieux pour vous deux que ce soit, moi, qui t’explique.

Veronica : M’expliquer quoi ? Que tu m’as piqué mon mec ?

Amandine : Tant que vous étiez ensemble, il ne s’est jamais rien passé.

Veronica : Comment ça ?

Amandine : Je ne vais pas te mentir en te disant que j’ai tenté le coup à plusieurs reprises au début de notre cohabitation à Paris, mais il a toujours refusé. Il t’aimait plus que tout. Il aurait décroché la Lune et tout le système solaire pour toi ! On était juste deux best buddy ! Il n’y avait aucune ambiguïté entre nous, d’où nos tenues et l’alcool. C’était notre manière de décompresser et ça l’est encore aujourd’hui.

Veronica : Mais ?

Amandine : Oui, on a couché ensemble, une fois… Euh… Enfin une seule nuit.

 

Elles échangèrent un regard amusé.

 

Amandine : Logan ne voulait pas que tu le saches, parce que ça s’est passé environ trois heures après votre rupture. On a beaucoup bu cette nuit, là et il était malheureux.

Veronica : Trois heures ?!

Amandine : Je pense que vous êtes quitte à ce niveau-là…

Veronica : Pourquoi ?

Amandine : Tu lui as caché l’existence de sa fille ! Dans ta logique, je ne sais pas ce qu’il y a de pire entre les deux…

Veronica : Ce n’est pas sa fille !

Amandine : Veronica, tu es ridicule ! Logan a changé. Il est plus posé, enfin sauf quand il s’agit de toi. Il est plus sur de lui. Il ferait un excellent père. Je n’aime pas les mômes, mais je dois bien lui reconnaître ça.

 

Veronica ne répondit rien. De toute façon, elle lisait très bien dans ses pensées.

 

Amandine : Dis-lui, Veronica ! Pour ton bien, le sien et celui de Cindy !

Veronica : Comme si le bien-être de Cindy l’importait !

Amandine : Logan n’aime pas les enfants, mais la façon dont il en parlait, hier soir, m’aurait presque convertit à la cause ! Il aime déjà cette petite, alors qu’il ne l’a vu qu’une fois ! Elle lui a déjà mis la tête et le cœur en vrac… Ce n’est pas ta fille pour rien !

Veronica : Je le ferais, mais j’ai besoin d’un peu de temps. Je ne sais absolument pas comment lui dire…

Amandine : Léo te pardonnera le coup de canif au contrat ou fera semblant de ne pas le voir…

 

Elle lui fit un clin d’œil. Veronica esquissa un rire. Elle était incroyable. Elle avait sûrement vu à la minute même où leur regard s’était croisé la veille, que Logan n’était définitivement pas une affaire classée et que le simple fait de le voir avait fait ressurgir de trop nombreuses choses.

 

Amandine : Bon, et si tu venais écouter le profil ? Je pense qu’une fouine supplémentaire ne sera pas de trop sur cette affaire !

Veronica : J’arrive.

 

Elles sortirent toutes les deux du bureau de Veronica et rejoignirent David et Logan en salle d’interrogatoire.

 

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Logan, Veronica, Amandine et David était assis autour de la petite table de la salle d’interrogatoire. Malgré l’explication entre Amandine et Veronica, l’ambiance était tendue.

 

Amandine : J’ai établis deux profils.

Logan : Pourquoi ?

Amandine : Un profil si le tueur te connaît et un si c’est un parfait inconnu.

David : C’est pas le même, quelque soit le cas ?

Amandine : Non, la logique n’est pas la même. Le premier agit par vengeance et à un « mobile ». Le deuxième agit par pulsion. Il est malade.

Logan : Continue.

Amandine : Dans le premier cas, je ne peux pas vraiment établir un profil précis, mais c’est quelqu’un avec des tendances psychotiques. La vengeance peut pousser à la folie, mais c’est généralement sous-jacent chez la personne.

Veronica : La première pensée que j’ai eu en voyant la scène du crime a été « Si Cassidy n’étais pas interné… »

Amandine : Cependant, si le tueur avait été proche de toi, il l’aurait revendiqué depuis le début.

David : Ou alors, il s’agit de deux personnes différentes.

Amandine : Brillante suggestion, mais non !

David : Elle m’énerve quand elle fait ça !

Logan : Et donc le deuxième profil ?

Amandine : J’y viens, mais tu ne veux pas savoir d’abord pourquoi je pense que c’est une seule personne ?

Logan : Je bois tes paroles !

Amandine : Le violeur n°1 n’a rien fait depuis que le violeur/tueur n°2 a fait son apparition. Jusque là, il avait été périodique, on avait un viol tous les quinze jours. C’était cohérent jusqu’à Lena Sullyvan. Théoriquement, le meurtre d’Iren Lansing n’est pas cohérent dans la chronologie, mais elle a le même profil que les autres victimes. Le cas Lena Sullyvan complique autant les choses que celui d’Iren Lansing. Il a changé de méthode. Il est susceptible et ne supporte pas qu’on s’attribue son œuvre. Ensuite le chasseur n’aime pas être chassé, d’où le soudain intérêt pour ta petite personne. Pour finir, je suis restée sur la description du profil d’origine : solitaire, entre 35 et 40 ans, peut-être plus jeune, mais j’en doute. Je ne pense pas qu’il ait une famille quel quelle soit. Au vu de l’état et de l’ancienneté de la voiture, il vient d’un milieu modeste. Au vu des témoignages des victimes, 1m80, musclé. Il entretient son corps.

Logan : On a déjà exploré la piste des clubs de gym.

Amandine : Je peux finir ?

Logan : Je t’en prie !

Veronica : C’est toujours comme ça, entre vous deux ?

David : Oui et encore là, ils ne se sont pas lancés dans les références télé et cinématographiques !

Logan : David, je ne t’ai que deux mots à te dire : La ferme !

Amandine, feintant le désespoir : Bruce ?? Pourquoi tu as fait ça ? Pour Ben Affleck, en plus ?

Logan : En plus, ils ont remis ça avec Pearl Harbor !

Amandine : C’est jamais Ben qui meurt ! Cette endive !

Logan, lançant un regard amusé à Veronica : Il y a pire comme endive, il aurait pu avoir une coupe de Playmobil !

Amandine : Veronica a un ex qui ressemble à une endive avec une coupe de Playmobil ? Je veux voir ça !

Logan : Je pense que la vidéo des ébats de Veronica avec l’endive doit toujours circulée sur Internet ! Tu auras même l’occasion de revoir Veronica nue !

David : Revoir ?

Amandine : C’est une longue histoire ! Une vidéo ?

Logan : Oui ! A son insu bien sur !

David : Mais dans quelle ville, je suis tombé !

Logan et Amandine : Neptune !

David : C’est pour ça que j’ai l’impression d’être sur une autre planète, alors ?

Logan : J’aime bien être sur la planète Mars, bien que le retour sur terre est souvent plein de turbulences !

Veronica, contenant tant bien que mal sa colère : Vous avez finis, là ? On peut revenir à l’enquête ?

Logan : Ah ! Oui ! L’enquête ! Amandine ?

Amandine : Oui, nous avons déjà exploré cette piste, mais je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de gens à San Franciso qui possède une Ford Mustang coupé de 66 et qui font de la musculation. (Tenant des papiers dans la main droite) Voici les propriétaires de ce modèle et (tenant des papiers dans la main gauche) la liste des membres des différents club de sport. Je n’ai pas encore eu le temps de les étudier.

Logan : Ce qui réduit largement le champ d’action !

Amandine : Oui, je suis formidable !

Veronica : Tu as les listes sous informatique ?

Amandine : Of course !

 

Veronica sortit son portable de sa poche et composa un numéro.

 

… : Allo ?

Veronica : Dis moi, ma chère Q, j’ai un petit boulot pour toi, ça t’intéresse ?

Mac : Je suis là dans dix minutes, ma chère Bond !

 

Veronica raccrocha.

 

Veronica : Mac arrive. Dans vingt minutes, on devrait avoir tous les noms qui figurent sur les deux listes !

Logan : Autre chose, Amandine ?

Amandine : J’ai aussi récupéré la liste des membres de celui de Neptune et idem pour l’immatriculation.

 

Dix minutes plus tard, Mac faisait son entrée dans la salle d’interrogatoire.

 

Mac : Bonjour tout le monde !

Veronica : Tu n’es pas surprise de voir Logan, là ?

Mac : Il est venu dîner à la maison, hier soir.

 

Le teint de Veronica vira d’un seul coup au blanc.

 

Veronica, se levant : Vous nous excusez, un instant.

 

Veronica entraîna Mac dans son bureau.

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Veronica ferma la porte.

 

Veronica : Est-ce qu’il t’a posé des questions ?! Dis-moi que tu lui as rien dit.

Mac : Je ne lui ai rien dit.

Veronica : Vraiment ?

Mac : Peut-être…

Veronica : Mac ?

Mac : Oui ?

Veronica : Qu’as-tu dit à Logan ?

Mac : Rien !

Veronica : Mac ?!

Mac : Pour ma défense, il était perdu et il a même versé une larme. Il a dit des choses touchantes à propos de toi, de votre relation et de Cindy.

Veronica : Du genre ?

Mac : Il a dit que s’il avait su pour Cindy, il se serait battu pour te garder.

Veronica : …

Mac : Vois le bon côté des choses. La discussion sera plus simple entre vous deux.

Veronica : Je l’ai dit à Cindy. Enfin, à la minute où elle a vu Logan, elle a su.

Mac : Oh ! Mais comment ?

Veronica : Les rumeurs des Madisons Mère et fille, les yeux de Logan, le fait qu’elle ressemble en rien à Léo. L’intelligence de ma fille me tue ! Je la soupçonne presque d’avoir su, bien avant la rumeur que quelque chose clochait !

Mac : Disons que l’intelligence de Logan Echolls alliée à celle de Veronica Mars, ça pouvait que donner un petit génie !

 

Veronica esquissa un sourire.

 

Veronica, percutant : A moins qu’elle ai entendu une conversation !

Mac : Comment ça ?

Veronica : Le jour de la rentrée, après l’avoir couchée et qu’elle se soit endormie, Léo et moi, on a parlé de Logan et du fait que c’est son vrai père.

Mac : Et tu lui as pas demandé ?

Veronica : Non, j’avais pas le droit de poser de questions, hier soir !

 

Mac se mit à rire et Veronica aussi.

 

Neptune – Appartement de Veronica – Quelques jours plutôt.

 

Veronica venait d’éteindre la lumière et de fermer la porte de la chambre. Cindy attendit quelques minutes avant de sortir de son lit. Elle se glissa à pas feutré dans le couloir et s’approcha du salon, de manière à ne pas être vu, mais à entendre malgré tout ce que Veronica et Léo disait.

 

Léo : J’aimerais bien savoir comment Madison l’a appris.

Veronica : Elle ne l’a pas appris. Enfin, je ne pense pas. Elle l’a supposé et transformé en rumeur. Elle le connaît presqu’aussi bien que moi et il est difficile de nier qu’ils ont exactement les mêmes yeux.

Léo : Et le même caractère.

Veronica : M’en parle pas ! Elle aurait pu hériter de ses oreilles, de ses cheveux, mais non ! Elle a hérité de son sale caractère ! A croire que la génétique et le destin m’en veulent !

Léo, riant : Mais non !

 

Il l’a prit dans ses bras.

 

Léo : Espérons juste que cette histoire va retomber d’elle-même.

Veronica : Ca m’arrangerait bien.

Léo : A part ça, as-tu faim ?

Veronica : Je dois admettre que j’ai même très faim !

 

Cindy se dirigea à toute vitesse et sans faire de bruit dans sa chambre. Elle referma doucement la porte et se glissa dans son lit, atterrée par ce qu’elle venait d’entendre.

 

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Mac et Veronica était toujours dans le bureau de cette dernière.

 

Mac : Tu m’en veux pas de l’avoir dit à Logan ?

Veronica : Non, ça va me faciliter les choses.

Mac : Alors pourquoi tu as besoin de mes talents ?

Veronica : Deux listes et la recherche des noms en commun, mais j’y pense, tu peux croiser quatre listes ?

Mac : Q peut tout faire !

Veronica : Plus les années passent et plus Dick te contamine !

Mac, riant : Il ne parle à la troisième personne uniquement quand il veut me casser les pieds !

Veronica : Bon, allez suis-moi et viens montrer tes talents au FBI !

Mac : J’aime les défis !

 

Elles sortirent du bureau de Veronica et se dirigèrent vers la salle d’interrogatoire.

 

Neptune – Bureau du Sheriff

 

Mac avait rentré les listes et dix minutes plus tard, une nouvelle liste sortait de l’imprimante.

 

Mac (tendant la feuille à Logan) : Et voilà !

Logan : Tu m’expliques, un peu ?

Mac : Je n’ai trouvé aucun lien entre les quatre listes. Cependant nous avons trois noms pour Neptune et cinq pour San Francisco. Tu trouveras à côté de leur nom, les noms des clubs de sport auquel ils appartiennent.

Logan : Tu es formidable, Mac !

Mac : Merci, Logan !

Logan : Alors David et Amandine vous retournez à San Francisco pour interroger ses cinq personnes et je reste ici pour ceux de Neptune, si Veronica veut bien m’aider bien sur.

Veronica : Pourquoi est-ce que je refuserais ?

Logan : D’ailleurs, David, qu’est-ce que ça a donné les appels aux voisins ?

David : Rien du tout. La plupart était déjà chez eux au moment des viols et les quelques rares qui n’y était pas, n’ont pas vu ce modèle de voiture.

Logan : Je m’en doutais un peu. Et l’appel à témoin, Amandine ?

Amandine : Rien pour le moment. Et c’est obligatoire de retourner à San Francisco avec David ?

Logan : Oui, comme ça, vous pourrez jouer au bon et au mauvais flic.

Amandine : Merci Logan pour cet honneur !

Logan : Mais de rien ! Et si vous pouviez faire vite !

Amandine : Mais tout ce que tu voudras, mon petit Logan !

 

Amandine et David se levèrent et quittèrent la pièce.

 

Mac : Tu as encore besoin de moi, Veronica ?

Veronica : Non, c’est bon, tu peux aller chercher tes petits monstres à l’école !

Mac : Enfin, juste les jumeaux, parce que Lynn mange avec ta fille à la cantine.

Veronica : Elle n’en démord pas ?

Mac : Non ! Le club des cinq est inséparable, même pendant l’heure du déjeuner !

Logan : Le club des cinq ?

Mac : Cindy Mars, la fille de Veronica et Léo. Lynn Casablancas, ma fille et celle de Dick. Victoria Mars, la fille de Keith et Alicia. Jessica Fenell, la fille de Wallace et Jackie. Maria Navarro, la fille d’Eli et Elena. Si elle pouvait dormir à l’école pour rester toutes les cinq, elle le ferait !

Logan, riant : Les quatre fantastiques composés uniquement de fille, en fait ?

Veronica : On ne faisait pas autant de bêtises que ces cinq-là !

Mac : Je redoute l’adolescence de ces cinq-là !

Logan : Elles restent des filles, malgré tout ! Ce ne sera peut-être pas aussi terrible que ça !

Veronica, amusée : Lily était pourtant une fille !

Logan, riant : Je peux difficilement dire le contraire !

Veronica : Alors imagine Lily en 5 exemplaires !

Logan, toujours plié de rire : Effectivement, vous êtes mal barrés !

Mac : Tu vois bien ! Allez, je vous abandonne et ne vous entretuez pas !

Logan : Je ne suis pas celui qui porte une arme !

 

Mac ria et sortit de la pièce.

 

Logan : Veronica, il faudrait qu’on parle, non ?

Veronica : Non, on a des suspects à interroger.

Logan : Comme tu voudras, Mars !

 

Logan et Veronica se levèrent et quittèrent la pièce à leur tour.

 

San Francisco – Appartement du suspect n°1

 

David sonna. Un homme brun d’environ 1m75 leur ouvrit. Il ne devait pas avoir plus de 30 ans et ne semblait pas utiliser beaucoup son abonnement à la salle de gym.

 

Homme : Bonjour.

Amandine : Agent Special Dohring et voici l’Agent spécial William. Nous aurions quelques questions à vous poser.

Homme, perplexe : Je vous en pris, entrez. Si je peux vous être utile.

 

Amandine parcourut la pièce du regard et l’impression qu’elle avait eu en entrant dans l’appartement persista. Ce n’était pas leur homme.

 

David : Nous souhaiterions savoir où vous étiez, il y a trois nuits de cela ?

Homme : Euh…Je travaillais. Nous sommes sur le point de signer un gros contrat. J’ai du quitter le bureau vers deux heures du matin et arriver ici vers deux heures trente.

David : Quelqu’un peut le confirmer ?

Homme : Le vigil de la société et les caméras de surveillance.

 

Amandine remarqua une photo sur la cheminée, une photo de famille. Elle trouva également un pull moulant rose sur le canapé. Il avait sûrement une petite amie.

 

Amandine, faisant un signe à David : Merci Monsieur pour avoir répondu à nos questions.

Homme : Pas de quoi.

 

Ils sortirent de son appartement. Une fois dans la rue, ils s’adressèrent à nouveau la parole.

 

David : Qu’est-ce qu’il t’a fait pensé que ce n’était pas notre homme, hormis son physique ?

Amandine : Une famille, une petite amie et l’argent coule à flot.

David : Dans ce quartier, il ne pouvait en être autrement ! Et tu as vu tout ça, comme ça ?

Amandine : Une photo, un pull et le mobilier.

David : Tu ne cesseras jamais de me surprendre !

Amandine : C’est ce qui fait tout mon charme !

 

David ria et ils entrèrent dans le 4×4.

 

Neptune – Maison du suspect N°1

 

Logan et Veronica remontaient l’allée qui menait à la maison.

 

Veronica : Quelque chose me dit que le suspect ne sera pas un habitant de Neptune.

Logan : Je pense aussi, mais je préfère en avoir le cœur net.

 

Veronica appuya sur la sonnette. Une femme de ménage leur ouvrit.

 

Veronica : Bonjour, est-ce que Steve Clinford est là ?

Femme : Bonjour Sheriff Mars. Oui, il est là.

 

Elle les invita à entrer et alla chercher son patron, qui s’avança dans l’entrée à peine quelques minutes après. Le profil physique correspondait, mais il avait largement plus de 45 ans.

 

Steve : Sheriff Mars et Monsieur Le Procureur Echolls, que puis-je faire pour vous ?

Veronica : Répondre à quelques questions, peut-être.

Steve : Je vous écoute.

Veronica : Où étiez-vous, il y a trois nuits de cela ?

Steve : Dans mon lit avec ma femme.

Veronica : Est-ce que vous possédez une Ford Mustang Coupé de 66 Bleu nuit ?

Steve : Oui, elle est dans le garage si vous voulez la voir.

Veronica : Nous vous suivons.

 

Ils dirigèrent vers le garage où Veronica et Logan découvrirent une Mustang flambant neuve, même la poussière n’avait encore eu de prise sur celle-ci.

 

Steve : Je l’ai acheté à un collectionneur récemment.

Veronica : Je vous remercie. Ce sera tout.

Steve : A votre service, Sheriff Mars !

 

Logan et Veronica quittèrent la résidence et remontèrent en voiture. Ils n’eurent pas plus de succès avec les deux autres noms de la liste.

 

San Francisco – Appartement du Suspect n°5

 

La visite des trois autres suspects de la liste n’avait rien donné. Il était trop petit, trop vieux, trop jeune ou la voiture était presque neuve et loin du tas de tôle qu’avait décrit Adam Fitzpatrick. Dans la rue, ils remarquèrent immédiatement la voiture qu’il cherchait.

 

Amandine : C’est trop facile !

David : Je pense aussi.

 

Ils montèrent les escaliers, quatre à quatre et s’empressèrent de sonner. Une femme leur ouvrit.

 

Femme : Bonjour.

Amandine : Bonjour, je suis l’agent spécial Dohring et voici l’agent spécial William. Nous cherchons James Carmickael.

Femme : Oui, c’est moi.

Amandine : Oh ! Désolée, nous pensions…

James : Oui, les gens pensent souvent que je suis un homme. Mes parents voulaient un garçon.

Amandine : Est-ce que vous possédez une Ford Mustang Coupé de 66, bleu nuit ?

James : Oui, c’est celle que vous avez vue dehors. Elle est bonne pour la casse. Je ne l’ai pas utilisé depuis longtemps.

Amandine : Où étiez-vous, il y a trois nuits de cela ?

James : Je suis infirmière de nuit. J’étais à l’hôpital général.

Amandine : Est-ce que quelqu’un partage votre vie ?

James : Malheureusement, non.

Amandine : On peut jeter un œil à votre voiture ?

James : Bien sur.

 

Elle attrapa les clés et les conduisit à la voiture. Ils eurent la surprise que la voiture n’était pas fermée à clé. Amandine et David enfilèrent des gants en plastiques et ouvrirent la voiture. Amandine eut un sourire en regardant sous le tableau de bord. Les câbles pendouillaient sous celui-ci.

 

Amandine : Votre voiture n’a pas changé de place, ces derniers jours ?

James : En fait, elle avait disparu, mais comme c’est une vieille guimbarde, je n’ai pas porté plainte. C’était un bon débarras.

Amandine : Et ça ne vous a pas surprise de la voir réapparaître, comme ça ?

James : C’est l’Amérique, tout est possible !

Amandine : Nous réquisitionnons votre voiture.

James : Comme vous voudrez ! Je peux vous être utile à autre chose ?

Amandine : Une déposition auprès de la police du district et ce sera tout.

 

Amandine sortit son portable et appela la scientifique pour qu’elle vienne récupérer la voiture. Elle appela Logan dans la foulée.

 

Logan : Oui, Amandine ?

Amandine : La liste n’a rien donné, mais nous avons trouvé la voiture !

Logan : J’ai raté un épisode, là !

Amandine : En gros, le tueur a volé une voiture pour aller à Neptune !

Logan : Ce qui veut aussi dire qu’il est de retour à San Francisco.

Amandine : Pas forcément ! Il a pu en voler une autre et revenir. Il peut être n’importe où !

Logan : Tu as appelé la scientifique ?

Amandine : Ils sont en chemin.

Logan : Revenez à Neptune qu’on fasse un point.

Amandine : Ok. On fait aussi vite qu’on peut.

 

La scientifique ne tarda pas à arriver et embarqua la voiture. Amandine et David montèrent à nouveau dans le 4×4 avec James Carmichael qu’ils déposèrent à la police du district, avant de filer pour Neptune.

 

Neptune – Neptune Grand Hotel

 

Veronica et Logan était devant le Neptune Grand Hotel dans la voiture de fonction de Veronica.

 

Logan : Je ne pensais pas qu’un jour, je serais de ce côté de la grille dans une voiture de Sheriff à Neptune.

Veronica : Il y a un début à tout, Echolls !

Logan : Veronica, c’est peut-être le moment d’avoir cette discussion, non ?

Veronica : Sors de ma voiture, Echolls !

Logan : Mars, tu ne pourras la repousser éternellement !

Veronica : Alors, ça je demande à voir, Echolls !

 

Logan, hors de lui, sortit de la voiture et entra dans le Neptune Grand Hotel. Veronica démarra et alors qu’elle allait tourner à l’angle de la rue, fit demi-tour. Elle se gara devant l’hôtel. Il lui fallut une bonne dizaine de minutes avant de sortir de la voiture. Elle prit une grande inspiration et entra à son tour dans l’hôtel. Elle traversa le hall et prit l’ascenseur.

 

Neptune -  Suite présidentielle du Neptune Grand Hotel

 

Logan venait d’entrer dans la suite et essayait de se calmer. Il y avait bien longtemps qu’il n’avait ressenti l’envie de casser un à un les meubles qui l’entouraient. A croire que Veronica Mars faisait ressortir tout ce qu’il y avait de pire en lui. Il prit malgré tout sur lui et tout resta intact dans la suite. Quelqu’un frappa à la porte et le sortit de sa torpeur. Il alla ouvrir et tomba sur Veronica.

 

Logan : Mars ?

Veronica : Tu me laisses entrer, Echolls ?

 

Il s’écarta et elle entra.

 

Veronica : Et de quoi veux-tu discuter, exactement ?

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker