Chapitre 9

Chapitre 9 : Pourquoi faut-il toujours que les choses se compliquent ?

 

Sequoia National Park

 

Il avait à peine fallu deux heures à Veronica, Logan et ses agents pour rejoindre le Sequoia National Park. Il était peu fréquenté en cette période de l’année et ils n’eurent pas trop à attendre pour accéder à l’accueil du parc. Le cadre était magnifique. Il réunissait les plus belles espèces de séquoias du monde. Une jeune fille blonde les accueillit en tenue de garde chasse.

 

Hôtesse d’accueil : Bonjour Messieurs, Dames ! Je suis Kelsea. Que puis-je faire pour vous aider ?

Logan : Bonjour. Je suis le Procureur Echolls et voici les Agents Williams et Smith, ainsi que la Sheriff Mars. Nous aurions quelques questions à poser à tous les employés, ainsi qu’à votre responsable.

Kelsea : Un instant, je vais le chercher.

 

Elle rentra alors dans une pièce annexe à l’accueil. Elle revint peu de temps après, avec un homme assez grand, la quarantaine et les tempes grisonnantes.

 

L’homme : Bonjour, je suis Hank, le responsable de ce lieu. En quoi pouvons-nous vous être utile ? Ce n’est pas vous qui travaillez sur cette série de viols qui paralyse San Francisco et une petite ville de Californie ?

Logan : Oui et c’est pour ça que nous sommes là.

Hank : Quel est le rapport avec la réserve ?

Logan : Nous avons retrouvé dans une voiture qu’a utilisé le violeur des résidus de séquoia qu’on ne trouve qu’ici.

Hank : Tellement de visiteurs passent par ici. Je ne suis pas sûr de pouvoir vous aider.

Logan : Le parc est sous vidéosurveillance ?

Hank : Quelques endroits accessible par le public, mais nous essayons de préserver au mieux la nature et de n’y apporter aucun facteur extérieur, comme un système de vidéosurveillance.

Logan : C’est compréhensible, mais vous ne laissez pas le parc sans surveillance ?

Hank : Non, j’en ai en permanence des équipes qui sillonnent le parc pour dégager quelques squatteurs ou soigner les animaux.

Logan : Tout le parc ?

Hank : Malheureusement, non. Nous manquons de fonds pour avoir le nombre approprié d’employés.

Logan, sortant le portrait de Matt Bost : Reconnaissez-vous cette homme ?

Hank : Bien sur ! C’est un de mes meilleurs employés !

 

Ils échangèrent tous les quatre un regard décontenancés.

 

Logan : Votre meilleur employé ? Vous n’avez pas fait le lien avec le portrait robot diffusé à la télé ?

Hank : Nous avions noté la ressemblance, mais ça ne peut pas être lui. Il est tellement gentil, serviable. Il a un très grand amour des arbres. Je n’avais jamais vu quelqu’un se dévouer autant à la tache.

Veronica : Les psychopathes sont souvent les moins soupçonnables.

Hank : De toute façon, il ne s’appelle pas comme ils ont dit à la télé, mais John Miles.

Logan : Peut-on le rencontrer ?

Hank : Je ne l’ai pas vu depuis plusieurs jours. Je comptais attendre encore un ou deux jours avant de signaler sa disparition à la police.

Logan : Vous ne l’avez pas vu depuis combien de temps ?

Hank : Cela va bientôt faire une semaine.

Logan : Où vit-il ?

Hank : Sur le site, comme la plupart d’entre nous. Au fil du temps, nous avons aménagé des petits chalets pour le confort des employés. Nous sommes à 80 Km de la première ville.

Logan : Pouvons-nous voir ce chalet ?

Hank : Oui. Je vais chercher le double de clé.

Logan : Je vous en prie. Nous vous attendons dehors.

 

Logan, Veronica, David et Angelina sortirent de l’accueil. C’est Veronica qui brisa le silence.

 

Veronica : Encore une fois, on est pas plus avancé.

Logan : On va peut-être trouver des choses dans le chalet.

David : En tout cas, sa disparition coïncide avec le meurtre d’Iren Lansing et d’Amandine.

Logan : C’est bien ce qu’il me fait peur.

Veronica : Il doit se planquer à Neptune, mais je peux décemment pas retourner tout Neptune, juste pour le trouver.

Logan : Mars, tu auras tous les mandats que tu veux, si ça aide à le trouver et à l’envoyer sur la chaise !

Veronica : Je pense qu’il ne nous dit pas tout.

Logan : C’est évident !

David : On l’embarque ?

Logan : On va le menacer de le faire s’il ne coopère pas.

David : Attention ! Le revoilà.

Hank : J’ai les clés ! Suivez moi !

 

Ils suivirent Hank.

 

Sequoia National Park – Extérieur du chalet de John Miles

 

Les chalets des employés se trouvaient à quelques mètres de l’accueil, à l’écart des éventuels regards indiscrets de touristes un peu trop curieux. Hank leur ouvrit le chalet pendant qu’ils s’équipaient de gants en plastique blanc.

 

Logan : Pouvez-vous restez dehors ? Les Agents William et Smith vont rester avec vous pour vous poser quelques questions complémentaire.

Hank : Comme vous voulez, mais faites attention à ne rien déplacer, je ne voudrais pas perdre mon meilleur employé pour si peu.

Veronica : Vous en faites pas.

 

Logan et Veronica entrèrent dans le chalet.

 

David : John, possédait-il une voiture ?

Hank : Oui.

David : Pouvez vous nous la décrire ? Pourquoi fixez-vous ma collègue, ainsi ?

Hank : J’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part, mais je n’arrive pas à me rappeler où…

Angelina : Je ne suis jamais venue, ici. Vous devez me confondre avec quelqu’un.

Hank : Sûrement.

David : Parlez nous un peu de la voiture ?

Hank : C’est une Mustang Coupé GTH de 1966 de couleur noir. Elle est en parfait état. Il y apporte un grand soin.

David : Il est parti avec, avant de disparaître ?

Hank : Oui.

David : Y a-t-il des choses que vous omettriez de nous dire ?

Hank : Non, je ne crois pas.

David : Vous savez que faire obstruction à une enquête fédérale peut vous emmener en prison ?

Hank : Pourquoi me dites vous, cela ?

David : Pour rien, mais pensez-y.

 

David et Angelina s’éloignèrent d’Hank que les dernières phrases avaient mis mal à l’aise. Le portable de David sonna. Il se mit à l’écart tandis qu’Hank rattrapa Angelina.

 

Hank : J’ai oublié quelque chose.

Angelina : Oui ?

Hank : Son comportement avait quelque peu changé ces derniers temps. Il était devenu de plus en plus agressif et s’absentait régulièrement de la réserve, alors qu’il avait plutôt un comportement casanier jusque là, préférant la nature aux êtres humains.

Angelina : Il était plutôt solitaire, alors ?

Hank : Tout a fait !

Angelina : Autres choses ?

Hank : Il revenait souvent en pleine nuit, habillé tout de noir. Ca ne m’avait pas paru bizarre jusque là. Par contre, quelque chose me choque…

Angelina : Oui ?

Hank : Je sais pourquoi j’ai l’impression de vous connaître, vous avez exactement ses yeux, le même regard et la forme du visage aussi.

Angelina : Je ne vois pas du tout ce que vous voulez dire.

Hank : Vous lui ressemblez. Vous n’avez pas de frère ?

Angelina : Cela ne vous regarde pas, mais je suis fille unique.

Hank : Je suis désolée de vous embêter avec ça, mais c’est tellement frappant.

Angelina : D’autres choses vous reviennent ?

Hank : Non, je ne pense pas.

Angelina : N’hésitez pas à nous appeler si c’était le cas.

Hank : Je n’hésiterais pas.

Angelina : Merci.

 

 Elle allait se diriger vers le chalet quand elle vit David se ruer à l’intérieur de celui-ci.

 

Sequoia National Park – Intérieur du chalet de John Miles

 

Logan et Veronica avançaient doucement dans le chalet. Il était méticuleusement rangé et rien ne laissait présagé qu’un violeur et tueur en série séjournait dans ce lieu.

 

Logan : Mars, tu vois quelque chose ?

Veronica : Non, Echolls !

Logan : Ca correspond à ses méthodes. Même chez lui, il est méticuleux.

Veronica : C’est de la maniaquerie à ce stade !

Logan : Mars, c’est bien toi qui nettoie à fond et range de manière obsessionnelle quand tu déprimes ?

Veronica : Ca n’a rien à avoir, Echolls !

Logan : Mars et les contradictions !

Veronica : La ferme, Echolls !

Logan : Moi aussi, je t’aime, Mars !

Veronica : Oh ! Oh !

Logan : Ce n’était pas vraiment la réponse que j’attendais, Mars !

Veronica : Echolls ! Le parquet est creux !

Logan : Qu’est-ce que tu racontes, Mars ?

Veronica : Viens voir !

 

Logan se rapprocha de Veronica et effectivement le parquet semblait mouvant à cet endroit du tapis. Ils déplacèrent la table basse et soulevèrent le tapis. Le parquet semblait avoir été défait, puis remis en place.

 

Logan : C’est pas bon du tout, ça !

Veronica : Ca dépend de quel point de vu, on se place, Echolls ! Allez, aide-moi !

 

Elle commença par enlever les premières lattes de parquet aidé de Logan. Ce qu’ils découvrirent sous celles-ci les glaça d’horreur. David entra dans le chalet et les fit sursauter. A son air paniqué s’ajouta l’horreur. Il n’arrivait pas à regarder Logan et Veronica dans les yeux.

 

Logan : David, ça va ?

David : …

Logan : David !

 

David ne savait comment lui annoncé, comment leur annoncé cela. Il ne pouvait pas et pourtant il n’y avait pas une minute à perdre. Fixant ses chaussures, il prit une inspiration et se lança.

 

David : C’est Cindy…

 

Veronica et Logan blêmirent. Seul Logan pu prendre la parole.

 

Logan : Comment ça, c’est Cindy ?

David : Elle… Non, je peux pas vous dire ça…

Logan, paniqué et hors de lui : David !!!

David : Elle a disparu.

Logan : Mais je croyais que des agents surveillaient l’école ?

David : Il y a eu un exercice incendie et personne ne l’a revu depuis.

 

Veronica se rattrapa à Logan. Ses jambes ne la soutenaient plus.

 

Logan : On retourne à Neptune !

David : Et qu’est-ce qu’on fait pour ça ?

Logan : On appellera une équipe scientifique sur le chemin du retour.

 

Ils sortirent du chalet, Logan soutenant Veronica. David balisa le chalet et suivit le couple, Angelina sur ses talons.

 

Angelina : Je peux savoir ce qui se passe ?

David : Je te… vous expliquerais en chemin !

 

Ecole élémentaire – Neptune

 

Logan, Veronica, David et Angelina n’avait pas mis longtemps avant de rejoindre l’école. Sachs était déjà sur les lieux et avait organisé des patrouilles aux alentours de l’école.

 

Logan, hors de lui : Sachs !

Sachs : Oui, monsieur Le Procureur.

Logan, hors de lui : Comment cela a pu se produire ?????

Sachs : Les institutrices l’ont perdu de vue au moment de l’exercice d’incendie.

Logan, hors de lui : Et les agents sensés les protéger ????

Sachs : Aussi ! Trop d’enfants !

Veronica, hors d’elle : Cet exercice était-il prévu ?

Sachs : Non, le personnel de l’école ne sait pas qui a actionné le système de protection incendie.

Veronica, hors d’elle : Et tu restes planté là ???

Sachs, terrifié : Non, je vais aider, de suite !

 

Sachs se dirigea alors vers une équipe qui allait partir.

 

Logan : David va interroger le personnel ! Et vous, Angelina, allez voir le chef des pompiers !

David et Angelina : Ok !

 

David et Angelina partirent chacun de leur côté.

 

Logan, montrant un petit groupe : Nous, on s’occupe de ses copines !

Veronica : J’espère vraiment qu’elles ont vu quelque chose !

 

Veronica et Logan se dirigèrent alors vers le club des cinq.

 

Veronica : Les filles, dîtes-moi que vous avez vu quelque chose !

Victoria : Non !

Veronica : Comment ça ? Vous êtes tout le temps ensemble !

Lynn : Un instant, elle était là et le temps que je tourne la tête, elle était plus là !

Maria : Pareil ! On aurait dit de la magie !

Veronica : Et toi, Jessica ?

Jessica : Comme les filles ! J’ai rien vu ! C’est trop bizarre !

Logan : Merci les filles….

 

Ils s’écartèrent du petit groupe. David et Angelina revint alors vers eux.

 

David : J’ai interrogé le personnel. Personne n’a rien vu et apparemment les enfants non plus !

Logan : Des dizaines d’enfants et aucun indice !

David : Avec la panique, les enseignants n’ont pas vraiment eu le temps de s’attarder sur les détails. Ils ont réellement cru qu’il y avait un incendie.

Logan : Que dit le chef des pompiers, d’ailleurs ?

Angelina : Il n’y a eu aucun départ de feu. Un mégot a été retrouvé près d’un détecteur. Le mégot est déjà parti à l’analyse.

Logan : On étend les recherches à toute la ville ! Il a une planque !

Veronica : Tu penses vraiment que c’est lui ?

Logan : Ce serait une belle coïncidence, sinon !

 

Veronica fit signe à ses adjoints qui se dirigèrent vers elle. Elle les déploya alors sur toute la ville.

 

David : Je viens d’avoir un appel de l’équipe scientifique…

Logan, déglutissant : Et ?

David : Au milieu des restes d’animaux, ils ont trouvé des corps en décomposition.

Logan : Des ?

David : Oui, le charnier que vous avez trouvé, n’était qu’un tout petit bout de son cimetière personnel. Ils ont trouvé tout un dédale de sous-sol sous le chalet. Il y a au moins cinq corps.

Logan : Cinq ?! Ils ont pu dater les décès ?

David : Certain remontent à des années et d’autres sont beaucoup plus récents.

Logan : Ca ne colle pas ! Pourquoi il en tuerait certaines et pas d’autres ?

David : Autre chose de bizarre : ce ne sont pas que des femmes…

Logan : J’ai l’impression qu’à chaque fois qu’on découvre quelque chose, on retourne à la case départ !

Veronica : Et s’ils étaient deux ?

Logan : Comment ça ? Une sorte de copycat ?

Veronica : Non, si un violait et l’autre se débarrassait des témoins : qu’en penses-tu ?

Logan : Pourquoi enlever Cindy alors ?

Veronica : Voyons Logan, c’est évident !

Logan et Veronica : Pour faire table rase de leur casier !

Veronica : De plus, si ça marche pas, ils pourront toujours se délecter d’avoir… de s’être venger !

David : Ils sont doués ! Enfin s’ils sont bien deux.

Angelina : Les victimes n’ont rien dit en ce sens.

Logan : Il est possible que les victimes n’aient vu que le violeur. L’autre se contentant de faire le guet et de se débarrasser des choses gênantes.

David : Pourtant, Lena Sullyvan n’a vu qu’une seule personne et il l’a attaqué plus violemment, ça ne colle pas.

Logan : Si ! Le violeur monte en puissance. Il devient plus violent, probablement poussé par l’autre.

David : Toute cette histoire est vraiment de plus en plus tordue !

Logan : Veronica et moi allons retourner au bureau du sheriff pour diriger les recherches afin de retrouver Cindy. David, tu vas emmener Angelina s’installer au Neptune Grand Hotel. Profitez-en pour vous reposer un peu.

David : Non, je veux t’aider !

Logan : Je vous veux en forme et je vous préviens s’il se passe quoique ce soit. Si tu pouvais également déménager mes affaires dans une autre chambre, je t’en serais reconnaissant.

David : C’est comme si c’était fait.

Logan : Merci ! (Le prenant à part) Essaye d’en savoir plus sur elle. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne lui fais pas confiance.

David : Tu as cette sensation, aussi ! Ca me rassure ! Tu peux compter sur moi.

Logan : J’espère bien !

 

David et Angelina se dirigèrent alors vers le 4×4 du FBI, tandis que Veronica et Logan se dirigèrent vers la voiture de fonction de Veronica.

 

Bureau du Sheriff – Neptune

 

Logan et Veronica rentrèrent dans la salle d’interrogatoire et furent surpris de voir que quelqu’un les y attendait déjà. Une grande brune d’une trentaine d’année aux yeux bleus se tenait près de la fenêtre.

 

Veronica : Bonjour Madame ! On peut vous aider ?

…, lui serrant la main : Bonjour Sheriff Mars ! (Serrant la main de Logan) Bonjour à vous aussi Monsieur Le Procureur Echolls ! Je suis l’agent spécial Angelina Smith. Je viens remplacer l’agent Dohring.

 

Logan et Veronica échangèrent un regard interloqué.

 

Logan : Mars, à quel moment a-t-on basculé dans la quatrième dimension ?

Veronica : J’allais te poser la même question, Echolls !

Angelina : Je comprendrais qu’au vu des circonstances, je ne sois pas la bienvenue. J’ai été parachuté là sans qu’on m’ait demandé mon avis et j’avoue franchement que cette situation me met mal à l’aise. Il est reconnu dans le métier que vous étiez proche de l’agent Dohring. Elle n’est même pas encore enterrée…

 

Devant l’absence de réaction de Logan et Veronica, elle s’interrompit.

 

Logan : Ce n’est pas ça, c’est qu’une agent du même nom s’est déjà présentée, ce matin !

Angelina : C’est impossible ! J’ai appris la nouvelle, ce matin et j’ai fait au plus vite pour rassembler quelques affaires et venir à Neptune.

Veronica : On avait pas assez d’un violeur et d’un tueur. Il nous faut aussi résoudre un mystère sur l’identité de deux agents !

 

Logan et Veronica échangèrent un regard de stupeur.

 

Logan et Veronica : Non ! Ca ne peut pas être ça !

 

Neptune Grand Hotel – Neptune

 

David passa la porte d’une des chambres de l’hôtel suivi d’Angelina qui referma la porte derrière elle. Elle attrapa alors un vase et le fracassa sur la tête de David qui tomba inconscient à terre.

 

Quelque part à Neptune

 

Matt Bost et sa complice ficelaient l’agent David à une chaise. L’endroit ressemblait à un hangar composé de plusieurs pièces. Sur une autre chaise, se trouvait la petite Cindy Mars qui ne cessait de se débattre pour se libérer, mais en vain.

 

Matt : Mlle Mars, je ne te relèverais pas si tu fais retomber la chaise !

Cindy, derrière son bâillon : MAIMEZ-WOUAH WARPIR !!!!

La fausse Angelina : Assomme-là qu’on ait la paix !

Matt : Tu n’as qu’à le faire, toi, Mia !

 

Mia ne se fit pas prier et assomma sans sommation Cindy avec le premier objet qui lui passa sous la main.

 

Mia : C’est mieux comme ça !

Matt : Pourquoi tu n’y retournes pas ?

Mia : La vrai Angelina a du arriver. J’aurais du la tuer avant de partir !

Matt : C’est sur que quitte à griller sur la chaise, autant en avoir fait le plus possible !

Mia : On ne va pas se faire arrêter !

Matt : Parce que tu y crois en encore ? Je te rappelle qu’on a tué un agent du FBI, kidnappé un second ainsi que la fille d’une sheriff et d’un procureur, sans oublier tout le reste !

Mia : Et je ne t’ai pas tout dit…

Matt : Quoi ?

Mia : Ils ont compris pourquoi on a enlevé leur progéniture et …

Matt : Mia ????

Mia : Ils ont découvert les corps !

Matt : Hein ?? Et qu’est-ce qu’on fait encore là ? Et pourquoi tu n’as pas essayé de les empêcher d’aller à la réserve ???

Mia : Comment j’aurais pu ? Ils ont trouvé des épines de séquoia dans la voiture qu’on a volé, pour faire diversion !

Matt : Merde ! Faut qu’on parte !

Mia : Non ! On est prêt du but !

Matt : Tu parles ! Ils vont nous arrêter et on va griller sur la chaise !

Mia : Ne sois pas pessimiste comme ça !

Matt : Tu n’échapperas pas à la prison, cette fois !

Mia : Arrêtes !

Matt : Sors de ton rêve ! On est foutu !

Mia : Non ! Ca va marcher ! Ils tiennent trop à elle ! Et ce gros niais de David est le seul ami qu’il reste à ce bon procureur Echolls ! C’est juste dommage que je n’ai pas pu enlever la Sheriff !

Matt : Plus les années passent, plus ta folie s’aggrave !

Mia : Parce que tu te crois bien placé pour parler ?

Matt : C’est de ta faute, tout ça !

Mia : C’est moi qui viole et mutile des femmes, peut-être ?

Matt : Toi, tu les tues, c’est pas mieux !

Mia : Je te couvre, nuance !

Matt : C’est ça, ouais !

Mia : Tu m’énerves !

Matt : Et maintenant, on fait quoi ?

Mia : On attend !

Matt : On attend quoi ?

Mia : Tu verras bien !

 

Ils sortirent de la pièce.

 

Neptune Grand Hotel – Neptune

 

Logan, Veronica et la vrai Angelina Smith avait fait au plus vite pour rejoindre le Neptune Grand Hotel. Ils entrèrent dans la chambre de la fausse Angelina et découvrirent les débris de vase.

 

Logan : Elle a David !

Veronica : Deux monnaies d’échange ! C’était finement prémédité !

Logan : Tu parles ! Deux grands malades !

Angelina : Je viens de parcourir le dossier de Bost. Il n’est fait mention nulle part d’une présence féminine dans sa vie. Il avait une sœur, Mia, mais elle est décédée à l’âge de 15 ans.

Logan : Comment est-elle morte ?

Angelina : C’est assez moche. Elle a été violée puis tuée.

Veronica : L’affaire avait été résolue ?

Angelina : Oui, un tueur en série a été inculpé pour ce crime.

Logan : Mars, pourquoi j’ai l’impression que tu n’y crois pas une seconde ?

Veronica : Parce que ça ressemble bien trop à leur mode opératoire, Echolls !

Logan : Mars, j’aime quand tu es sur la même longueur d’onde que moi !

Angelina : J’ai un mal fou à vous suivre ! Vous pensez que ce n’est pas sa sœur qui a été retrouvée, mais leur première victime ?

Logan : Vous nous suivez pas si mal que ça, finalement !

Veronica : Logan ! Viens voir !

 

Logan se dirigea vers Veronica. Elle venait de trouver un message laissé par Angelina.

 

Logan, lisant le mot : « Finis de jouer ! Nous ne vous rendrons Cindy et l’agent William que si nous avons la certitude de quitter la ville tranquillement et sans poursuites. Un conseil : N’éteignez pas vos portables. »

 

C’est à ce moment que le portable de Logan sonna. Il sortit de sa poche et décrocha.

 

Logan : Procureur Echolls !

… : Vous avez trouvé mon petit mot, Logan ?

Logan : Oui, Mia !

Mia : Nous vous laissons quatre heures pour nettoyer son casier et nous laisser quitter la ville. Au-delà, nous tuerons l’Agent William et votre fille, Cindy ! Je vous rappelle dans deux heures pour voir où vous en êtes.

 

Elle raccrocha.

 

Logan : Allo ?? Allo ?? Ils m’énervent !

Veronica : Alors ?

Logan : On a quatre heures pour trouver une solution et les localiser. On avait raison ! Ils veulent l’immunité.

Veronica : On retourne au bureau du sheriff. Les patrouilles auront peut-être données quelque chose.

Logan : On est parti !

 

Ils sortirent tous les trois de la suite.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker