Chapitre 13

Chapitre 13 : Courage ! Fuyons ! (2ème partie)

 

Bureau du Sheriff

 

Clarence Wiedman refusait de parler sans la présence de son avocat. Keith était dans une impasse. Il savait qu’à la minute où l’avocat passerait la porte de la salle d’interrogatoire. Il ne pourrait plus rien obtenir de lui.

 

Keith : Alors Clarence, où étiez-vous dans la nuit de vendredi à samedi dernier ?

Clarence : Je ne répondrais à aucune question sans la présence de mon avocat.

Keith : Il est en chemin. Alors ?

Clarence : Je ne parlerais pas.

Keith : Et si on passait un accord, Clarence ?

Clarence : Dîtes toujours.

Keith : Vous n’êtes que l’homme de main dans cette affaire. Nous savons tous deux que le véritable commanditaire, c’est Jake Kane. Vous me dîtes tout ce que vous savez sur lui et le Castle et je ferais en sorte de vous éviter la peine de mort.

Clarence : Vous n’avez rien contre moi.

Keith : J’ai votre arme, Clarence.

Clarence : Je ne parlerais pas.

Keith : Voyons, Clarence ! Vous croyez vraiment que Jake Kane vaille le coup qu’on tombe à sa place ?

Clarence : …

Keith : C’est dans votre intérêt de parler, Clarence.

Clarence : Vous avez les copies du disque dur de Jake Kane. Ca ne vous suffit pas ?

Keith : Pour les faits antérieurs, oui, mais pas pour le meurtre de Trina Echolls !

Clarence : Je ne parlerais pas.

Keith : Soyez raisonnable, Clarence !

Clarence : Non !

Keith : Vous préférez donc la peine de mort ?

 

Clarence ne répondit pas. Il avait une famille, malgré tout et ne savais pas ce qu’elle encaisserait le mieux. Ne valait-il pas mieux rester en vie ? Il pensa à ses enfants et se dit qu’il valait mieux avoir un jour la chance de les revoir. De toute façon, il était fichu. La balistique ne tarderait pas à faire le lien entre son arme et les balles retrouvées sur le corps de Trina.

 

Clarence : Très bien… J’ai tué Trina Echolls. J’appartiens au Castle, une société secrète qui protège depuis des années des hommes imminents ou en phase de le devenir. Le Castle est actuellement dirigé par Jake Kane. Il m’a chargé de tuer Trina Echolls pour faire revenir Logan Echolls et Veronica Mars à Neptune, afin de leur subtiliser les copies du disque dur. Ces copies ont été effectuées, il y a quatre, après une grossière erreur d’un des membres. Je devais également les tuer, une fois les copies récupérées.

Keith : Ce n’était donc pas si compliqué ! Que contiennent ces copies ?

Clarence : Cinquante années de confession écrites, orales et filmées des membres du Castle, qui vous vous en doutez, ne ressemblent pas vraiment à un conte de fée.

 

Keith appela Sacks pour qu’il mettre Clarence en cellule. Veronica avait confié la clé du coffre à son père qui s’empressa de faire ouvrir la banque à cette heure tardive pour récupérer les copies. Il les amena au procureur, ainsi que le témoignage de Clarence. Le procureur lança aussitôt un mandat d’arrêt contre Jake Kane. Heureusement pour Keith, le procureur ne faisait pas partie du Castle. Deux heures plus tard, Jake Kane était arrêté et écroué pour avoir commandité le meurtre de Trina Echolls, ainsi que les tentatives de meurtre et d’intimidation sur Logan Echolls et Veronica Mars. Les copies des disques furent dispersées aux quatre coins du pays, apportant les preuves à des enquêtes qui n’avaient jamais pu aboutir. Beaucoup de têtes allait tomber cette nuit et dans les jours à venir.

 

Hôpital de Neptune

 

Veronica n’avait pas grand-chose. La balle n’avait fait aucun dégât. Elle avait juste perdu beaucoup de sang, ce qui avait causé l’évanouissement. Logan était assis sur une chaise à côté du lit de Veronica. Il avait refusé de retourner dans sa chambre. Il ne voulait pas la laisser seule. Il lui tenait la main. Elle se réveilla, enfin.

 

Logan : Hey…

Veronica : Hey…

Logan : Tu sais Mars, j’apprécierai vraiment que tu arrêtes de me faire des peurs pareilles.

Veronica : Qu’est-ce que je devrais dire, Echolls ?

 

Veronica s’aperçut qu’il lui tenait la main. Elle rougit et dégagea sa main.

 

Veronica : Echolls, tu crois c’est fini ?

Logan : Ca dépends de quoi tu parles, Mars…

Veronica : L’histoire avec Clarence et le Castle, Echolls ! Qu’est-ce que tu vas t’imaginer ?

Logan : Je n’imagine jamais rien, Mars ! Je me souviens !

Veronica : Et c’est reparti ! Dis-moi que tu vas t’en remettre de Paris, un jour, Echolls ?!

Logan : Je n’ai jamais parlé de Paris, Mars !

Veronica :C’est ça, Echolls ! Et tu crois vraiment que je vais te croire ?

Logan : Je n’ai pas toujours l’esprit, aussi mal placé que tu le crois, Mars !

Veronica : Où est mon père, Echolls ?

Logan : Il interroge Wiedman.

Veronica : Echolls, tu ne m’appelles plus, Mars ?

Logan : J’ai appelé Mac et Wallace. Ils seront là tout à l’heure, Mars !

 

Ils se mirent à rire. C’est à ce moment qu’on frappa à la porte. Keith entra.

 

Logan : Alors, est-ce que je risque encore de me faire tuer ou pire de perdre la petite blonde, allongée, ici ?

Veronica : Je ne suis pas petite, Echolls !

Keith ria : Vous allez arrêter un jour de vous envoyer des piques ?

Logan : Faut demander à Mars ! Elle ne me trouve pas irrésistible tout le temps.

 

Veronica lança un regard noir à Logan. Il lui tira la langue.

 

Keith : Vous nous cachez quelque chose, tous les deux, mais je ne préfère pas savoir quoi, en fait !

Veronica (VO) : Oui, ça vaut mieux !

Keith : Donc, oui, vous n’êtes plus en danger. Clarence a parlé et Jake Kane a été écroué.

Logan : Kane, Echolls, même combat !

Keith : Tu n’arrêtes dont jamais de faire de l’humour ?

Logan : Jackass un jour, jackass pour toujours.

 

Ils se mirent à rire. Plus tard dans la nuit, Wallace et Mac les rejoignirent. Ils passèrent la nuit à parler de ces quatre dernières années.

 

Aéroport de Neptune

 

Ils étaient tous réunis pour le départ de leurs amis. Mac et Dick avait même amené Mini-Mac et Mini-Dick.

 

Wallace : Cette fois, vous ne mettez pas quatre ans à revenir, d’accord ?

Logan : A une seule condition, que je ne finisse pas attacher au mât du lycée !

 

Rire général.

 

Dick : Et puis ces deux petits anges vont avoir besoin de vous pour découvrir le piment de la vie !

Logan : C’est sur qu’avec toi, ils ne vont pas peut-être pas la trouver suffisamment pimentée !

Dick : Très drôle, Dude !

Mac : Et toi, Veronica, pense à nous ramener un français, la prochaine fois !

Veronica : On verra, hein ! Interpol, ça ne risque pas d’être très compatible avec une vie privée.

Logan : Et puis, on se demande bien qui voudrait d’une tête de mule, comme toi, Mars !

Veronica : Et qui voudrait d’un jackass, comme toi, Echolls !

Keith : Temps mort !

Wallace : Ils sont incroyables, ces deux, là !

Mac : Ca finira en mariage, un jour !

Logan : Mac, ne parle pas de malheur !

Veronica : Mac, tu me vois m’appeler Mme Veronica Echolls ? Eurk ! J’ai la nausée rien que d’y penser !

Logan : Et je ne pourrais plus l’appeler Mars, après. Ce serait la fin du monde pour moi !

 

Haut-parleurs de l’aéroport : Dernier appel pour les vols 1983 et 1308 à destination de Paris –Orly et des Îles Pacifiques.

 

Veronica : Ce sont nos vols !

 

Ils se saluèrent tous. Logan et Veronica franchirent la zone de transit. Avant de partir en direction de leur porte d’embarquement…

 

Logan : Je suppose que c’est ici qu’on se dit adieux, Mars ! Quand j’avais imaginé ce moment, j’avais “I had the time of my life” en tête.

 

Veronica lui vola un baiser, comme sur le balcon du Camelot quelques années plutôt. Elle allait partir, mais il la rattrapa et ils échangèrent le plus beau et grand baiser qu’ils aient pu échanger. Quand ils redescendirent sur terre, ils échangèrent un long regard. Ils n’eurent pas besoin de mettre des mots sur leurs adieux. Ils rejoignirent leur porte d’embarquement.

 

Une île au milieu de L’Océan Pacifique

 

Logan était assis sur le sable. Sa planche de surf à côte de lui.

 

Logan (VO) : Qu’est-ce que je suis bien, ici ! Pas de petite blonde et surtout aucun ennui !

 

Il vit un bateau approché au loin.

 

Logan (VO) : Enfin ma livraison de nourriture de la semaine !

 

Le bateau s’amarra au ponton. Il ne vit cependant pas le livreur descendre du bateau, mais une petite blonde. Le navigateur posa des valises à côté d’elle.

 

Logan, se levant et allant sur le ponton (VO) : Non, c’est pas vrai !

Veronica : Sympa ton île, Echolls !

Logan : Mars, qu’est-ce que tu fais, là ?!

Veronica, rougissant : Je ne rentre à Interpol que dans un mois et j’avais besoin de vacances. De plus, un jackass me manquait.

 

Logan ne croyait pas ce qui lui arrivait. Il finit par pousser Veronica dans l’eau.

 

Veronica, trempée : Logan ! Tu vas me payer ça !

 

Elle remonta sur le ponton et le poursuivit sur la plage. Ils tombèrent tous les deux sur le sable, pliés de rire. Ce mois à venir allait être très prometteur.

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker