Chapitre 5

Chapitre 5 : Les habitudes ont la vie dure !

 

Bureau du Sheriff

 

Veronica avait décidé de mener sa propre enquête sur la mort de Trina.

 

Veronica (VO) : Ce n’est pas parce que je n’ai aucune envie de parler à Logan, que je dois le laisser mourir pour autant. Bien que ce ne serait pas une grande perte pour Neptune. Que dis-je le Monde !

 

Elle entra dans le bureau de son père.

 

Keith : Non, Veronica. Il est hors de question que je réponde à ne ce serait qu’une seule de tes questions sur le meurtre de Trina et l’état de la suite de Logan. Tu n’es pas revenu à Neptune pour ça.

Veronica (VO) : Grillée !

Veronica : Quel meurtre ? Quelle suite ? Je ne vois pas du tout de quoi tu parles !

Keith : Inutile de faire l’innocente !

Veronica : Officiellement, aux yeux de la loi américaine, je suis toujours un détective privé.

Keith : Et ?

Veronica : Cela me donne le droit d’enquêter sur n’importe quelle affaire.

Keith : Ca te donne aussi le droit de sortir de mon bureau, à moins que tu ne sois là pour me raconter comment est la vie parisienne.

Veronica : Pourquoi tout le monde veut que je parle de Paris ?

Keith : Voilà une question sur laquelle tu pourrais enquêter !

Veronica, sortant du bureau : Vu que tu ne veux rien me dire, je vais aller voir Logan et qui sait ce qui peut se passer…

Keith ne répondit pas à la provocation.

Veronica : Il pourrait voir ou pire encore, toucher une partie de mon corps totalement dépourvu de doigts.

Keith : Veronica !

Veronica, revint dans le bureau : Oui ?

Keith : Très bien, tu as gagné, assis-toi !

 

Veronica (VO) : Si facile ! Comme si j’allais laisser Logan faire ça ! Pauvre Papa !

 

Immeuble de Trina – Los Angeles

 

L’immeuble était assez délabré. Veronica s’était attendu à autre chose, disons quelque chose de plus luxueux.

 

Veronica (VO) : Trina n’avait-elle pas d’argent ? Une Echolls, pauvre ? Pourquoi je n’arrive pas y croire ?

 

Veronica alla frapper à la porte de la gardienne. Elle lui ouvrit.

 

Veronica : Bonjour. J’étais une amie de Trina. Nous sommes allées en fac ensemble. Je ne l’avais pas vu depuis mon départ de Los Angeles. J’ai appris sa mort par Connor et je me demandais si vous pouviez me parler un peu d’elle. Je m’en veux tellement de ne pas lui avoir donné de nouvelles, pendant tout ce temps.

 

Veronica était fictivement au bord des larmes.

 

La gardienne : Oh ! Bien sur ! Entrez.

Veronica (VO) : Et l’Oscar de la meilleure actrice est attribué à Veronica Mars !

La gardienne : Trina n’habitait pas, ici depuis longtemps. Cela devait faire environ 3 mois. Elle n’avait apparemment plus assez d’argent pour payer son appartement dans les beaux quartiers. C’était une jeune fille, un peu perdu, mais elle était comme les chats. Elle retombait toujours sur ses pattes.

Veronica : Toujours la même ! Mais pourquoi ne s’est-elle pas installée chez Connor ? Ca avait plutôt l’air sérieux, non ?

La gardienne : Non, c’était un arrangement entre eux. Un coup de publicité, comme on dit.

Veronica : Oh ! Et le soir de… Enfin, vous savez… Elle était seule ?

La gardienne : Comme souvent, Connor l’a ramené jusqu’à sa porte. Elle était ivre et particulièrement euphorique pour une fois. Elle a l’alcool mauvais d’habitude.

Veronica (VO) : La GHB fait des merveilles ! J’en sais quelque chose…

La gardienne : Il a repoussé ses avances. Elle est entrée chez elle et c’est tout. Vous savez, elle est ma voisine de palier. J’ai vu beaucoup de choses que je n’aurais pas du voir. Sa vie était plutôt mouvementée. Ce n’est pas facile d’être la fille d’un assassin.

Veronica (VO) : Je le sais mieux que personne ! J’ai le même à la maison !

Veronica : Vous n’avez rien entendu au cours de la nuit ?

La gardienne : Et bien, je ne l’ai pas dit au Sheriff de Neptune. Je m’en suis rappelé après qu’il soit passé. Un jeune blond, non châtain clair plutôt, a frappé à sa porte, peu après le départ de Connor. Elle n’a pas répondu. Il s’est assis devant sa porte et a attendu. Je ne sais pas ce qui s’est passé après. Je me suis enfin endormie.

Veronica : Vous l’aviez déjà vu ?

La gardienne : Non, je ne crois pas.

Veronica : Je pense que vous devriez en parler au Sheriff.

La gardienne : Je le ferais.

Veronica : Je suis désolée, je n’ai pas vu le temps passé. Il faut que je parte, mais merci beaucoup !

La gardienne : De rien !

 

Veronica quitta l’appartement.

 

 

Neptune Grand Hotel

 

Veronica se dirigea vers la réception. Bien décidée à savoir ce qui s’était passé pendant les minutes manquantes de la vidéo surveillance.

 

La Réceptionniste : Bienvenue au Neptune Grand Hotel. Comment puis-je vous aider ?

Veronica : Et bien, qui était à la réception, hier soir ?

La Réceptionniste : C’était moi. Pourquoi ?

Veronica : Est-ce que vous vous rappelez qui a pris l’ascenseur entre 22h et 22h30 ?

La Réceptionniste : C’est l’heure à laquelle, j’ai pris ma pause. Je suis revenue vers 22h15 et vous savez beaucoup de gens emprunte cet ascenseur.

Veronica (VO) : Le contraire m’aurait étonné.

Veronica : Rien ne vous a semblé inhabituel ?

La Réceptionniste : J’ai déjà raconté tout ça à l’adjoint du Sheriff ! A part, ce jeune homme qui ne semblait pas faire partir des clients de l’hôtel et qui m’a sourit en partant.

Veronica : Vous vous rappelez de la couleur de ses cheveux ?

La réceptionniste. Vous êtes bizarre. Ils étaient châtains foncés.

Veronica (VO) : Pour une fois, Les choses ne peuvent-elles pas être simples?

Veronica : Merci quand même !

 

Elle commença à se diriger vers la sortie tout en sortant son portable.

 

Veronica : Déjà rétabli, Echolls !

Logan : Tu connais mon nom de code, Mars !

Veronica : Ta vanité te perdra, Echolls !

Logan : Paris t’as ramollit, Mars !

Veronica : Comme si tu ne savais pas, ce qui s’est passé à Paris, Echolls !

Logan : Touché en plein cœur par un fragment de Mars !

Veronica : La ferme, Echolls !

 

Il ne répondit pas et se dirigea vers l’ascenseur.

 

Veronica (VO) : Ne plus jamais abusé d’un alcool quel qui soit, Mars ! Ca ne te réussit pas…

Laisser un commentaire


eXTReMe Tracker