Posts Tagged ‘avion’

Le vol d’une vie…

Dimanche, mai 24th, 2009

Ils étaient là sur son palier. Il ne pouvait rester toute la nuit, car il devait se lever aux aurores pour les derniers « au revoir » et quelques formalités administratives. Ils n’auraient de toute façon pas eu le cœur de faire l’amour une dernière fois. Ils s’aimaient plus que tout et ce départ les détruisait de l’intérieur. Malgré cet amour, elle n’avait pas voulu le suivre. Elle n’avait pas réussi à se résoudre à tout quitter pour lui. Là, à ce moment sur le palier, elle regrettait sa décision, mais il était trop tard. Un départ comme celui-là ne s’improvisait pas. Cela faisait des mois qu’il le préparait. Ils luttaient tout deux pour retenir leurs larmes. Après un énième baiser, il lui tendit une enveloppe.

 

_ Mon cœur, ne l’ouvre pas tant que je ne serais pas parti, d’accord ? Lui dit-il du bout des lèvres.

 

Elle ne put qu’hocher la tête en signe d’approbation. Elle avait peur que si elle parlait, toutes ses larmes s’échapperaient en même temps que les mots. Ils échangèrent un dernier baiser et sans un mot, il se dirigea vers l’ascenseur sans la quitter des yeux. Les mots n’avaient plus d’importance. Leurs regards parlaient pour eux. L’ascenseur arriva à son étage et dans un dernier regard, il s’engouffra dedans. Il disparut derrière les portes. Elle entra avec peine dans son appartement, referma la porte et se laissa glisser contre la porte. Ses larmes suivirent le même chemin que son corps sur ses joues. Elle ne pouvait plus s’arrêter. Elle avait l’impression qu’une partie de son être venait de lui être arrachée. Un vide immense la submergeait. Elle se haïssait à cet instant. Pourquoi avait-elle refusé de le suivre ? Il était tout pour elle. Au nom de quel principe avait-elle reculé ? La peur de tout quitter ? La peur de se tromper ? Elle avait oublié l’essentiel : tout l’amour qu’elle lui portait et avec lequel rien n’était impossible ! Elle sentit l’enveloppe dans ses mains. Elle ne put s’empêcher de l’ouvrir. Elle faillit la laisser tomber de surprise. Elle contenait un billet d’avion, un passeport biométrique et toutes les consignes pour le vol. Il avait effectué les démarches pour elle, malgré son refus. Il la connaissait bien. Ses larmes de détresse se transformèrent en larme de joie. Elle se releva, ne put s’empêcher de trépigner et attrapa son portable.

 

_ Allo ? Résonna la voix à l’autre bout.

_ Sam ! C’est Nell ! Tout ça, c’est grâce à toi ! Je sais qu’il est tard, mais j’ai besoin de toi ! Dit-elle presqu’en hurlant à son amie.

_ YEAHHHHH !!!! Tu as changé d’avis !!! Trépigna son amie dans le haut parleur de son portable.

_ Tu étais au courant ? Ne put-elle s’empêcher de demander.

_ Non, mais je me doutais qu’il ferait tout pour que tu partes avec lui. Tu es la femme de sa vie !

_ Tu ne lui dis rien, d’accord ? Je veux que ce soit une surprise totale !

_ Pas de souci !! C’est trop bon !!

_ Voilà, comment on va faire…

 

Elle avait commencé par ranger son appartement. Elle avait attrapé tous les sacs congélations de son coffre de voiture et avait vidé tout son frigo, ne gardant que quelque petites choses pour le petit déjeuner. Elle avait alors débarqué chez sa mère à 3h du matin et vidé l’intégralité de ses sacs dans le frigo de sa mère. Une voix la sortit alors de son état d’ivresse.

 

_ Tu as vu l’heure qu’il est ? Articula difficilement sa mère en chemise de nuit et encore endormie.

_ Oui, je suis désolée ! Mais il fallait que je dégivre le frigo avant de partir et je voulais te limiter les allers-retours chez moi.

_ Avant de partir ?

_ Ludo a fait toutes les démarches ! Je l’aime ! Je fais peut-être la plus grosse boulette de ma vie, mais c’est le bon ! C’est lui ! Et je veux le suivre jusqu’au bout du monde !

_ Heureusement que je l’ai bien aidé, ton Ludo, alors !

_ Comment ça ? Lui dit-elle, les yeux ronds. Tu savais ?

_ Comment crois-tu qu’il a eu les pièces pour le passeport biométrique et le visa ? Dit-elle les bras lui tombant.

 

Elle laissa tomber le sac à terre et prit sa mère dans ses bras. Elles finirent de ranger ensemble et elle quitta sa mère dans un dernier au revoir, rempli d’émotions. De retour à son appartement, vint le casse-tête de la valise. Enfin de la première valise ! Son amie devant lui ramener la deuxième. Elle partait pour au moins deux ans. Comment faire rentrer toute sa vie dans deux valises ? Elle avait pris un sac poubelle et ses vêtements firent des allers-retours de son placard à la valise au sac poubelle et inversement. Elle avait rangé trois fois ses DVD ne sachant lesquels emmener. Lorsque son amie sonna à 10h, le lendemain avec le petit déjeuner. La première valise était pleine. Sur son lit, le reste de ses affaires étaient prêtes à rentrer dans la seconde valise.

 

_ Tu as même eu le temps de ranger ? S’étonna Sam. Tu as dormi un peu au moins ?

_ Non ! J’aurais sept heures de vol pour ça !

_ Va falloir forcer sur le maquillage, alors !

_ Il m’a vu dans des états bien pires !

_ Il est vrai ! Alors, en quoi je peux t’aider ?

_ Faut tout débrancher et ranger tout ce qui est sur mon lit dans cette valise ! Dit-elle en désignant la valise que venait de ramener son amie.

_ Le vol est à quelle heure déjà ?

_ 14h !

_ Donc faut qu’on parte d’ici dans deux heures ???? S’exclama Sam.

_ Je pense, oui !!

_ Faut qu’on s’active alors !

 

Après de longues minutes à fermer la seconde valise, Nell avait sauté dans sa douche et s’était habillé et maquillée de manière sobre, pendant que Sam fermait les volets et les robinets d’eau. Elles jetèrent les valises de Nell dans la petite voiture de Sam et partirent en trombe vers l’aéroport. Il était déjà 11h30. Il leur avait fallu plus d’une bonne heure de route.

 

 

Elles sortirent les valises de la voiture et se dirigèrent vers la borne qui indiquait les zones d’enregistrer. Bien évidemment, ce fut la plus éloignée et l’appel retentissait déjà.

 

_ Dernier appel pour l’enregistrement du vol A473 d’America Airlines en partance pour New York. Dernier appel.

 

Elles se mirent à courir comme si leur vit en dépendait. Arrivées à quelques mètres de la borne d’enregistrement, elles se mirent toutes les deux à hurler.

 

_ Attendez !!! Ne clôturer pas l’enregistrement !!! Attendez !

 

C’est essoufflées qu’elles avaient atteint la borne, juste quelques secondes avant la fin de l’enregistrement.

 

_ Vous avez de la chance. Vous êtes la dernière personne que nous laisseront enregistrer ! Ne put s’empêcher d’ajouter l’agent de comptoir.

 

Nell paya le supplément de bagages et prit son amie dans les bras.

 

_ Ah non ! On avait dit qu’on pleurerait pas ! Lâcha Sam.

_ Tu me connais !

_ Oui, Nell ! Allez va me passer ce contrôle de sécurité et je veux des nouvelles rapidement, d’accord ?

_ D’accord ! Tu vas me manquer !!

_ Toi aussi !! Allez file !!

_ Encore merci !!

_ De rien ma Nell !!

 

Nell se dirigea vers le contrôle de sécurité et vérifia la porte d’embarquement sur son billet. C’était la plus éloignée, là, encore. Rien ne pressait, mais elle voulait le retrouver, le plus vite possible. Elle dévala à toute jambe la zone de transit et elle le vit. Elle s’arrêta net. Il était de dos. Elle essaya de calmer son souffle et de retenir ses larmes, mais rien n’y fit. Comme s’il avait senti sa présence dans son dos, il se retourna. Ils échangèrent un regard, lâchèrent leur sac et se coururent dans les bras l’un de l’autre. Il la fit voler et tournoyer dans ses bras. Ils échangèrent le plus intense et le plus profond des baisers, celui qui scellait leur amour et leur vie pour l’éternité.


eXTReMe Tracker