Posts Tagged ‘norah jones’

Traitre

Dimanche, mai 24th, 2009

Angel: “There’s moments in your life that make you, that set the course of who you’re gonna be. Sometimes they’re little, subtle moments. Sometimes, they’re not. I’ll show you what I mean.” (« Il y a des moments dans la vie qui décide du cours de votre existence. Parfois, ils sont petits, insignifiants. Et parfois, ils ne le sont pas. Je vais vous montrer ce que je veux dire. »)

J’ai retrouvé une photo que j’avais oubliée et le moment qui allait avec. Je me suis rappelée que mon pauvre petit cœur, en miette à ce moment-là, avait ressenti quelque chose.

Vous croyez détester quelqu’un et d’un coup, ce traitre de cœur se met à battre à 10 000 km à l’heure, juste parce que la dite personne s’est assise à côté de vous et a passé un bras autour de vos épaules. Vous savez qu’il va se foutre de vous, c’est son petit jeu préféré, mais ce maudit cœur continue de battre à sortir de votre poitrine. Là, vous vous rappelez également de la trouille que vous aviez à l’idée qu’il ne mette les pieds à cette soirée et vous vous sentez enfin vivante. Comme si le destin vous faisait un gros clin d’œil! Vous voyez une lueur au bout de votre tunnel de tristesse et de désespoir et avez enfin l’impression que vous allez sortir la tête de l’eau.

Cependant le destin est aussi traitre que votre cœur. Il s’avère que la personne préfère votre meilleure amie. Votre cœur éprouve alors un autre sentiment, la jalousie et vous regrettez qu’il se soit réveillé. Vous vous en remettez à ce bon vieux destin et vous vous dîtes que, finalement, ça vaut peut-être mieux. Vous n’allez pas empêcher votre meilleure amie d’être heureuse. De toute manière, c’est flou dans votre tête et votre cœur. Vous aimez encore celui qui vous a arraché et mis le cœur en miette avant de partir pour des contrées lointaines, mais vous l’aimez bien quand même le petit nouveau. Il est drôle et bordel, il a un regard à vous faire tomber par terre! Vous avez le sentiment bizarre que vous remplacez juste le premier par un second qui lui ressemble sur bien des points. Vous n’êtes pas sure d’être prête pour ça. De plus, votre meilleure amie semble bien plus sure que vous, alors vous laissez faire, vous vous réjouissez pour elle et vous replongez la tête dans l’eau en repensant au crevard qui vous a laissé en plan pour se la couler douce outre-manche.

Après tout, c’est bien la tristesse aussi. Les choses sont plus claires avec elle. Etre ami avec le petit nouveau, c’est bien aussi, sauf quand il s’avère qu’il ne partage pas les sentiments de votre meilleure amie et que vous faites une bourde monumentale. Il vous raille alors de sa vie et se rallie à la cause de l’enflure qui prend plaisir à vous détruire à petit feux, ne réalisant pas que, dans la situation telle qu’elle est, ce qui est drôle pour lui, ne l’est pas forcément pour vous. Des petites blagues qui ont duré très longtemps, mais sur lesquelles vous avez finit par passer et surtout pardonner, du moins au petit nouveau. Après tout, vous ne le connaissez pas tant que ça et ces petites espiègleries vous ont fait grandir, changer dans un certain sens.

Et puis viens le jour, un mariage en plus, où vous revoyez enfin le petit nouveau. La nuit qui précède l’événement vous avez un mal fou à dormir, vous ne savez comment vous devez réagir, que va-t-il faire, qu’allez vous faire, des questions et un stress monstre. Vous êtes debout à 10h, un samedi matin, alors que vous n’émergez jamais avant 13-14h. Vous vous trouvez ridicule, parce que vous savez pertinemment que lui n’est absolument pas dans cet état-là et que vous êtes le dernier de ses soucis. Vous vous rendez au mariage. Vous discutez avec votre ami et vous détentez peu à peu, mais il apparait.

D’un coup, votre sang ne fait qu’un tour, votre cœur reste calme (vous étiez préparé, malgré tout), vous pivotez en sens inverse pour ne pas croiser son regard et ne surtout pas le regarder. Vous passez toute la cérémonie à éviter de vous demandez où il est, ce qu’il pense de vous et essayer de ne pas paraitre ridicule et de vous concentrer sur le mariage d’une de vos meilleures amies. Au moment de la sortie de la mairie des jeunes mariés, par inadvertance, vous vous retrouvez juste derrière lui et vous fuyez, parce que vous avez eu le prudent conseil de ne pas approcher. Vous passez le vin d’honneur à le chercher du regard et quand votre regard tombe sur lui, vous n’écoutez plus qu’un mot sur deux des conversations autour de vous.

Vos regards se croisent à un moment. Vous vous sentez toute petite et vous détournez brusquement la tête, ni vu, ni connu. A la fin du vin d’honneur, vous vous retrouvez obligé de parler devant lui et surtout à faire comme s’il n’était pas là. Vous vous sentez ridicule, parce que vous n’êtes pas crédible pour un sou et que vous avez beau essayé de vous concentrer sur la mariée, ça ne marche pas. Pendant le diner, vous l’oubliez un peu, bien que mal à l’aise parce que vous ne pouvez pas l’observer et que lui, par contre, le peut. La pire épreuve de la soirée, votre passage sur la piste de dance, vous essayez, encore une fois, de faire comme s’il n’était pas là. Vous n’êtes définitivement pas douée pour ça. Alors, vous profitez que la mariée ait quitté la piste pour retourner vous asseoir et limiter les dégâts.

Vous passez le reste de la soirée à espérer, en vain, qu’il ne se passe quelque chose, même de mauvais venant de lui, vu que vous êtes incapable de faire quelque chose vous même. Vous rentrez chez vous avec la désagréable impression d’avoir raté un truc et vous passez le reste de la nuit à regarder de la guimauve et à vous trouver ridicule parce qu’il s’en fout royalement. Vous reprenez votre petite vie, comme si de rien n’était ou presque…


eXTReMe Tracker