Posts Tagged ‘sorcière’

Le mystère de Salinas (PG-13)

Dimanche, mai 24th, 2009

Ecrit avec Laura

 

Jeudi 24 février – Salinas, CA

 

Le temps fait rage dehors, événement plutôt rare en Californie, et l’enquête n’avance pas. Des semaines que je n’avance pas. Je m’éloigne de la vérité. Cette disparition plus qu’étrange, obsède mes jours et mes nuits. Je la vois la nuit… Je crois que je deviens fou ! Elle me parle… Non, c’est de la folie ! Je perds tout sens commun. Pourtant je suis sur de l’avoir vu cette nuit… de lui avoir parlé aussi… Je crois sérieusement que je suis bon à enfermer !  C’est complètement… ridicule ! Absurde même ! Comment cela pourrait être possible ? Ça n’existe pas et n’a jamais existé ! C’est juste un truc idiot, inventé pour faire peur aux gosses. Et cette affaire qui n’aboutit pas, je stagne et cela commence vraiment à être irritant.

 

Vendredi 25 février – Salinas, CA

 

La tempête ne s’est toujours pas arrêtée. Deux jours de pluie en Californie ? Les choses ne tournent vraiment pas rond, en ce moment ! Et cette enquête… Je ne comprends vraiment pas : Elle est revenue cette nuit… Pourquoi vient-elle me hanter comme cela ? Et elle m’a parlé d’une boîte… Je n’ai pas tout compris. Pourtant je crois tenir une piste… En effet la victime portait une clé accrochée à sa chaîne, les policiers n’ont pas réussi à trouver ce que celle-ci ouvrait. Ils sont persuadés qu’elle ouvre une boîte à musique ou une boîte à bijoux. Alors… elle serait bel et bien réelle ? Et si cette histoire d’esprit coincé entre deux mondes était vraie ? Mais qu’est-ce que je raconte ?! Comment une personne, ayant passé de vie à trépas, pourrait venir me rendre visite la nuit ? Cette enquête va me rendre complètement dingue ! Il me faut quelque chose pour dormir…

 

Samedi 26 février – Salinas, CA

 

Troisième jour de tempête. Cet acharnement climatique va-t-il s’arrêter ? Et ces visites nocturnes ? Un somnifère n’a rien changé. Elle était quand même là et j’étais parfaitement réveillé. Ce n’était pas un rêve. Elle a voulu me guider quelque part. J’ai refusé de la suivre. Elle en a paru très contrariée. Je crains toujours de devenir fou, mais si cela pouvait m’aider à boucler l’enquête ? J’ai fait quelque recherche. Il arrive que des fantômes se manifestent lorsque la victime a été tuée de manière violente. Leur esprit reste bloqué quelque part entre le monde des vivants et le monde des morts, sans qu’il n’appartienne vraiment ni à l’un,  ni à l’autre. Et si c’était le cas de cette disparue ? Mais pourquoi ce tourne-t-elle vers moi ? Je ne suis qu’un petit détective, embauchée par une famille lassée de l’incompétence de la police locale. Je ne comprends vraiment pas. Tout cela relève de la pure folie et pourtant… Cela parait tellement réel…

 

Dimanche 27 février – Salinas, CA

 

La tempête n’a toujours pas cessé. Je crois même que la situation empire. Le vent devient de plus en plus violent. Il se passe des événements étranges depuis le décès de cette petite. Le temps s’est détraqué et les animaux de la ville se volatilisent un à un. Sans compter la folie qui me guète… Je l’ai suivi ! Je n’aurais surement pas du… Mais je l’ai suivi… Elle m’a mené aux portes d’une église et a disparu. A première vu, celle-ci semblait abandonnée. Je suis rentré. L’intérieur était aussi délabré que l’extérieur. Les bancs et l’hôtel étaient cassés et éparpillés au travers de l’enceinte principale. Un symbole était marqué sur le sol. Avec l’obscurité, je n’ai pas pu discerner comment il avait été dessiné : de la simple peinture ou du sang ? Cette marque aurait-elle un lien avec les événements des derniers jours ? Une autre chose a alors retenu mon attention. Une petite boîte trônait au milieu du symbole : serait-ce cette petite boîte dont la disparue me parlait la deuxième nuit ? Il faut que je récupère cette clé… Peu importe le moyen…

 

Lundi 28 février – Salinas, CA

 

Le temps n’a toujours pas repris son cours normal. C’est même devenu encore plus catastrophique. Il fait nuit en plein jour. Serait-ce le signe annonciateur d’une apocalypse ? L’affrontement entre le bien et le mal ? Non ! C’est impossible ! La folie s’insinue de plus en plus en moi… Comment puis-je croire à de telles sottises ? Pourtant les recherches sur le symbole m’orientent toutes dans cette direction. De plus, il n’y a plus aucun animal en ville et une nouvelle jeune fille a disparu. Je sais où elle est, mais comment expliquer cela aux autorités ? Ils vont m’enfermer à coup sur. La nuit dernière, comme par enchantement, la clé de la petite boite a atterri sur ma table de chevet. Elle était encore là et me lançait un regard complice. C’était un de ses petits tours de passe-passe. Je l’ai à nouveau suivi jusqu’à l’église. Là, encore, elle m’a abandonné devant ce lieu de désolation. Mais cette fois-ci, je n’étais pas seul… D’autres s’y trouvaient déjà. Tous vêtus de grands habits de moine et d’une capuche qui leur cachant tout le visage et laissant seulement ressortir leurs yeux rouges, ils psalmodiaient autour du symbole. La deuxième jeune fille disparue, encore vivante, se tenait debout à côté de la petite boite, ligotée et effrayée. J’ai attendu qu’ils partent, mais ils les ont emmené avec eux. Ils étaient trop nombreux pour que je puisse intervenir. La première jeune fille avait disparu deux jours avant la mort présumée. Il me reste encore une nuit pour comprendre ces phénomènes étranges et sauver le jeune fille, l’âme de la première disparue… et Peut-être… Non, je divague…

 

Mardi 29 février – Salinas, CA

 

Il fait toujours nuit en plein jour. La lune est devenue noire. La ville s’est murée sur elle-même. Un couvre-feu a été instauré. Cette nuit, elle était encore là. Elle a ouvert mon tiroir de bureau pour me redonner la clé. Je crois qu’elle m’incitait à y aller de nouveau… Je n’y suis pas retourné la nuit dernière. J’ai l’impression que tout va se jouer, ce soir : c’est la pleine lune… Ou alors je baigne dans la folie la plus totale !

 

Mercredi 1er Mars – Salinas, CA

 

Le soleil de Californie a fait son retour et le climat est redevenu bien plus clément. Les habitants parcourent à nouveau les rues. Les choses semblent avoir repris leurs cours. Les événements de la nuit dernière sont absolument incroyables ! C’est une histoire de dingue ! J’ai encore du mal à y croire. Je suis retourné à l’église ! J’étais caché derrière un buisson. Ils ne me voyaient pas, mais moi je les voyais faire. Et je les ai vu, je n’y ai pas cru mes yeux. Tous les animaux disparus étaient là. Tout était à présent clair dans ma tête. Il s’agissait en fait d’une sorte de secte, moyenâgeuse à en croire leurs accoutrements, qui ne trouvaient rien de mieux à faire que de sacrifier des bêtes, les nuits de pleine lune. Mais pourquoi ses enlèvements alors, s’ils ne faisaient que sacrifier des bêtes ? J’ai vite trouvé la réponse. Après les animaux, ils ont amené la jeune fille. Elle semblait droguée, inconsciente. Ils l’ont porté jusqu’a un bûcher et l’on lié au poteau. Pris de panique, je suis sorti de mon buisson et ai hurlé de la détacher. Ils se sont tous retournés et on commencé à avancer vers moi. Sans que j’aie eu le temps de hurler de nouveau, ils s’évaporèrent et disparurent complètement, comme happés par une force invisible. Je restai un moment figé par ce que je venais de voir. J’ai fini par reprendre mes esprits pour détacher la jeune fille et appeler la police. Soudain, la boîte m’est revenue en mémoire. Mais pourquoi la boîte ? Que pouvait-elle bien contenir ? Je me suis approché avec appréhension de la boîte. J’ai sorti la clef de ma poche. J’ai ouvert la boite. Des lambeaux de peaux et plusieurs petites fioles de sang s’y trouvaient. J’ai cru entrevoir un double fond. J’ai vidé la boite et ait enlevé la plaque qui masquait le double fond. Un papier est alors apparu. Je n’ai pu m’empêcher de le lire…

 

«  A quiconque lira ses mots,

,

Si vous lisez ses lignes, c’est que je ne vis plus et que j’ai échoué. J’avais pour mission de lutter contre une secte, les Arcadies, et de déjouer la prophétie. Ils œuvrent dans l’ombre et ne vivent que dans le but de répandre les ténèbres sur la terre. Cette occasion ne se présente que tous les milles ans, lors de la nuit du 29 février, celle-ci coïncidant avec la pleine lune et l’alignement des planètes. Ils commencent par enlever des animaux et puis, quelques jours précédant l’événement, une jeune fille pure. Au cours d’une incantation, ses cendres, mêlées au sang des animaux, du mien et aux morceaux de ma chair, permettent d’ouvrir un sceau, qui ne se situe jamais au même endroit. J’avais pour mission de trouver, détruire le sceau et de fuir. Je pense l’avoir trouvé et je vais le détruire, cette nuit. J’écris ces lignes au cas où il m’arriverait quelque chose. Je suis la dernière de la lignée. Mes parents m’ont confié à une famille adoptive pour me préserver des menaces dont ils faisaient l’objet. Mon sang, associé à un morceau de ma peau et à l’incantation qui apparaitra au dos de cette lettre, si vos intentions sont pures, est le seul moyen de détruire le sceau. Il suffit de bruler un morceau de peau au centre du sceau, de verser mon sang dessus et de lire l’incantation. Je place tout cela dans la petite boîte, en espérant que quelqu’un les trouvera au cas où j’échouerais. Si vous trouvez cela et qu’il n’est pas trop tard, détruisez le sceau ! Conserver le contenu de la boîte et transmettez tout cela aux générations futures. Il n’existe aucun moyen de détruire la secte, à l’heure actuelle. Un jour, peut-être… L’avenir du monde est entre vos mains !

 

Deborah »

 

J’ai alors retourné la lettre. L’incantation était là, apparue comme par magie. Je n’ai pas réfléchis. J’ai suivi les consignes de Deborah qui se tenait, non loin de moi, dans l’église. Il y a eu alors comme un tremblement de terre et le sol de l’église a repris sa forme usuelle. Deborah m’a sourit, reconnaissante et s’est évanoui à son tour. J’ai entendu la police qui arrivait au loin. J’ai alors rangé la boîte et son contenu dans ma besace. Ils ont emmené la jeune fille et je suis rentré chez moi. Je me suis allongé sur mon lit et je suis tombé de fatigue. A mon réveil, la vie avait repris son cours et j’ai compris que tout cela n’était pas un rêve. Je me retrouvais investi d’une mission et face à ce soleil, chaud et apaisant, j’ai compris de suite que cela en valait définitivement la peine. Petite Deborah, je les détruirais. Je t’en fais la promesse…


eXTReMe Tracker